nescafe

Endémol va-t-il enterrer Publicis ?

Oui je sais que vous adorez mes titres absurdes, mais est-ce bien si absurde… “Content is king”, c’est devenu un mantra, c’est même devenu une science, la production de contenus sur le web est le nerf de la guerre des fans.

En effet, les marques ont toutes le même problème : être intéressante, pour animer leur communauté de fans, et en recruter des nouveaux, pour créer de la préférence, de la prescription, de la viralisation, bref de l’intérêt.

Alors les marques ont travaillé leurs statuts, leurs publications, leurs twitts, leurs photos instagram. Elles ont travaillé sur la meilleure heure de publication, les publicités associées. Elles ont travaillé à unifier leur communication pour la renforcer, en faisant à la télé la publicité de leurs actions sur les médias sociaux comme Nutella et ses étiquettes personnalisées, soutenu par une campagne TV.

Mais depuis quelques temps, le buzz n’est plus si à la mode… bien sûr c’est cool de faire des millions de vues sur Youtube avec un Ours et un Chasseur (21 millions et 51 000 abonnés) et toutes les marques ont bavé devant ce superbe succès. Mais pas de fidélisation, pas de recrutement, rien que de la vue, de la notoriété pure et peu quantifiable.

Alors le buzz, c’est bien, mais ce n’est plus assez, dans la jungle du social média, un contenu pousse l’autre, quasiment toutes les 3 minutes. Alors la stratégie change. Pourquoi faire un buzz, quand on peut fidéliser 10 000 de personnes à un programme recurrent comme le fait Nescafé ? Avec plus de 7 millions de vues, on est à 3 fois moins que l’ours tippex, et 5 fois moins d’abonnés, mais à chaque publication la marque interagit avec prêt de 200 000 personnes, et tape parfois le million de vues.

Les Dumas de Bouygues, sont une web série, avec des amis et des anciens des bandes du moment, Norman, Velcrou etc. D’abord websérie, aujourd’hui leurs interprètes sont les personnages principaux des pubs télé.

Ces marques sont conseillées par des agences comme DDB, Publicis, Isobar (etc.) qui inventent ces formats, dans le respect d’une plate-forme de marque, d’une stratégie sociale médias, et puis se chargent après de la réalisation de ces formats.

Du coup la question qui m’interroge (comme dirait je sais plus qui mais je sais qu’il me fait pas rire), c’est de savoir à quel moment des grosses boites de production comme Endémol, Freemantle (etc.) vont se lancer à leur tour dans ces formats webs, pour des marques car au fond c’est le rêve de toute boite de prod : se faire payer sa production par une marque sans se soucier de revendre le programme à une chaîne, et qui mieux que ceux qui vendent des formats depuis 20 ou 30 ans pour prendre ce virage, alors les agences vont elles muter, ou racheter des faiseurs de format  ? La vidéo est le format qui continue de monter, internet concurrence vraiment la télévision, les marques “font leur cinéma”, alors forcément y’a des rapprochement qui vont se faire…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>