Category Archives: Musique

rock, pop, soul, jazz, electro, hip hop

David Bowie, mais non.

vous remarquerez l’audace, l’humour infini du titre de ce post, mes parents écoutaient les grosses têtes dans la voiture, ça laisse des traces.

Le 11 mars, David Bowie va sortir un nouvel album , The Next Day, dont on peut déjà entendre le premier single, where are we now. Et comme on dit à France 3 Picardie : “et là c’est le drame.’
J’adore Bowie, ce type est un génie avant-gardiste fabuleux,  une étoile filante du rock’n’roll qui a su rester. Son style vestimentaire, ses épilations de sourcils et ses riffs sont déjà au Panthéon du rock.
C’est un génie pour bien des raisons notamment, sa façon de se renouveler. Si on prend Springsteen que j’aime tout autant, il a toujours fait du Springsteen, tu prends un album des années 80 et le dernier, ça sonne pareil, ça envoie pareil et ça raconte souvent les mêmes types d’histoires, et c’est ce qu’on attend souvent de lui, refais nous la même mais en différent, un peu comme Goldman ou tant d’autres. Si tu prends Madonna, elle n’a jamais fait la même chose. Elle surfe, elle a fait de la pop 80’s dans les année 1980, de la pop 90’s dans les 90’s, elle a viré dark dans les années 2000, elle a resucé le virage disco après, puis s’est “black eye peasé” par la suite et y’ a quelque semaine, elle a même invité Psy à un de ses concerts, c’est dire si c’est une sniffeuse de tendance. Mais tout ce qu’elle fait est différent et très marqué dans le temps.
Bowie non.

Bowie c’est un OVNI. Il a toujours eu une longueur d’avance, incompris la plupart du temps sauf par d’autres génies de son entourage comme Warhol (dont il a même interprété le rôle au cinéma dans Basquiat, à voir absolument) et qu’il a chanté.

Dans les 70’s il passait pour un fou drogué, dans les années 80 il faisait la musique des années 90, dans les années 90 on l’a pas beaucoup vu et en 2000 il est revenu avec deux albums que je qualifierais de “zarbi” qui à l’époque m’ont écorché les oreilles, mais qui rétrospectivement posaient bien avant leur temps les bases d’un dubstep emprunt de métal très avant gardiste encore une fois.

Et puis y’a eu la pub pour Vittel… Erreur de casting peut-être… C’est comme si tu prenais Gainsbourg pour vanter les mérites des Fruits et Légumes…

Et le revoilà le David en 2012 avec un nouvel album et un single. Et ce single est bien. Bien si ce n’était pas Bowie. Je me pose parfois la question de savoir comment des Morrison, des Elvis ou des Hendrix auraient tournés s’ils étaient encore en vie, seraient-ils devenus des objets de culte comme les Rolling Stones, ou des has been dégoutant qui boivent et battent leur femme comme Chuck Berry(MAJ, me suis trompé, lui c’est braquage, évasion fiscale et affaire de prostitution avec mineure), auraient-ils fait l’album de trop qui ébranle le mythe ? Je ne le saurais jamais. Et quand on est confronté à des artistes aussi majeurs que Bowie, et qu’on entend un single d’une telle platitude, qui aurait mieux sied à un Anthony and the Johnsons dont c’est le fond de commerce (j’aime beaucoup soit dit en passant), on se dit que c’est loin de l’image de l’artiste.

J’ai vraiment hâte d’entendre la suite de l’abum, parce que là, le mythe a fait de la soupe.

Ce que devrait être Virgin en 2013

Nous en parlions pour la FNAC, mais il semble que Virgin soit en train de suivre la même voie, celle de garage, l’annonce est faite, Virgin devrait fermer.
Virgin Megastore, ne serait plus rentable, surtout celui des Champs Elysées, dont le loyer doit être hallucinant.

Virgin, c’est la marque mythique crée par le non moins mythique Richard Bronson, mais le mythe s’effondre. Les produits culturels ne se consomment plus de la même façon, et les magasins comme la FNAC ou les Virgin ne peuvent plus exister en tant que tel.
On peut reprendre cette vieille discussion, sur quoi faire d’un CD quand on n’a que des lecteurs MP3 etc. mais c’est une vraie question de fond.

Pourquoi Virgin qui était un modèle d’innovation dans la consommation de biens culturels n’a pas réussi à se renouveller ?
La réponse est simple : le support à changé. Comme la FNAC qui veut vendre des disques à des possesseurs d’iPhone, des livres à des possesseurs de Kindle, des DVD à des génération Y qui ne jurent que par le streaming.

Y’a-t-il un modèle à réinventer ?
Oui sûrement, mais les géants qui ont voulu soutenir les majors n’ont pas pu l’enclencher faute de soutiens. Comment mettre des bornes de téléchargement, quand votre fournisseur ne veut vous fournir que des disques… et que vous avez en plus intérêt à continuer de vendre des disques…

Les Apples Stores, eux, font de l’argent. Je m’avance, mais en tout cas, eux ne parlent pas de fermer.

Alors ce serait quoi un Virgin (rentable) en 2012 ?
Ce serait une nouvelle expérience de shopping qui apporte aux clients ce qu’ils cherchent et non plus tenter de leur vendre des produits en perte de vitesse.

A. De la techno :

– un showroom techno axé “mobilité” (appareils photos, tablettes et smartphone), avec des conseillers calé et disponibles
– un point retrait des commandes passées sur le web
– la possibilité de charger sur des bornes des contenus (musique, films, livres) sur son smartphone ou tablette
– des accessoires, des tonnes d’accessoires, c’est le marché le plus porteur pour les smartphone et tablettes
– de la personnalisation, gravure, pochettes, protection de matériel électronique (case etc.)

B. Une expérience différente

– plus de caisses, encaissement comme dans les Apple Store, via une appli ou via les vendeurs
– du service comme Apple, des cours d’informatique, d’utilisation des produits vendus.
– Du crowfunding, après tout ce serait tellement logique que Virgin et ses clients financent de nouveaux artistes et des produits qui seraient exclusifs et disponibles uniquement chez Virgin…
– Du partage, rendre l’expérience sociale, qu’on puisse voir les trends, les recommandations de ses amis, je reviens à mon idée de bornes  interactives qui remplaceraient assez bien des rayonnages. Alors quelle valeur ajouté par rapport à une plateforme en ligne ? ça fait partie des choses à trouver, la simplicité, le conseil, le fait de pouvoir offrir à quelqu’un d’autre, ne semblent pas suffisant.

Est-ce que cela suffit ? j’en doute, mais pourtant il doit exister un nouveau modèle pour les vendeurs de produits culturels et technos qu’il faut inventer, et pour vous c’est quoi le “virgin du futur”, sachant que le futur, c’est maintenant ou jamais pour eux :)

Et si c’était ce soir la fin du monde pour de vrai…

On rigole, on rigole mais si notre mauvaise interprétation du calendrier Maya était juste ?

Alors si c’était ce soir, je pense qu’il y a un certain nombre de chose à faire avant de mourir :

– voir la version originale Disney de Peter Pan (private joke)
– se refaire l’intégrale de James Bond
– ce serait bien le moment de se refaire la disco complète de Led Zep, au final on connait surtout les titres du double Remasters
– lire la fin du Rouge et le Noir, ça m’a valu un 8, au bac français, il serait temps que je me la fasse.
– voir everything is illuminated et danser sur la BO
– se faire un dernier énorme burger de la mort, à la cantoche peut-être ou BIA… peut-être les deux, après tout c’est la fin du monde, pas de peur de prendre du poids.
– un cassoulet et une choucroute aussi alors, j’en mange trop peu.
– revoir Singles, le film culte de la génération grunge.
– du coup se refaire l’intégrale de Nirvana juste après. Faut dire que ça fait un bail, je crois que j’ai fait une overdose y’a 10 ans.
– un dernier coup du Live d’AC/DC, surement le disc que j’ai le plus usé.
- un porno c’est le dernier après tout…
– fermer mon compte Facebook, on ne sait jamais, imagine que ce soit le seul truc qui me survive…
– Les Beatles, en livre, en film, en disc.
Forrest Gump, je crois que je n’ai jamais réussi à le voir sans verser ma larmichette, une dernière fois pour la route.
Flash, de Charles Duchaussoy, à relire, pour un dernier grand voyage
– Tout Buko, tellement culte, tellement révolutionnaire
– Défoncer mon iphone, j’ai jamais osé, je l’aime trop, il est temps de rompre.
– Manger des chips, c’est bon, et puis ça a ce petit rapport à l’enfance des classes vertes
– Elvis, en disque, surtout pas en film.
– Michael Jackson, l’intégrale si j’ai le temps, sinon juste Dangerous, mon préféré.

Bon je pourrais faire ça pendant des heures, mais j’ai du travail avant le fin du monde… et vous un dernier disque, un dernier film ou un dernier livre, ce serait ?

 

Pourquoi MTV ne passe plus de clips

Je suis tombé sur cette excellent et très drôle vidéo qui m’a interpellé à plusieurs niveaux, d’abord c’est vrai : MTV “L’original” comme on l’appelle ne passe quasiment plus de clips musicaux, je l’avais remarqué, mais je n’avais pas remarqué que ça…

En effet, MTV, la chaine de la musique et des clips musicaux, ne passe quasiment plus de clips. D’après la vidéo ci dessous, il y a plusieurs raisons à cela, notamment une grande : YOUTUBE. Tu veux voir des clips, va sur youtube et regarde ce que tu aimes. Oui le monde change, et si Youtube révolutionne la télévision dans sa globalité (ondemand, replay, cover, response etc. vous pouvez en découvrir plus sur le phénomène Fans Made Vidéos dans cet article), Youtube oblige aussi certaines chaînes à se remettre en question. Pourquoi une maison de disque devrait négocier avec des radios et des chaines de télé, quand on peut juste poster sur Youtube et faire 800 000 000 de vues (comme Psy).

L’accès  aux artistes est maintenant direct via Facebook, Twitter et Youtube, en effet MTV devait trouver un nouveau modèle.

Et son modèle, c’est de la merde. Oui dans la vidéo y’a un bip quand il dit shit, sur mon blog, ça marche pas, tu peux cligner des yeux pour voir … :)

Oui, y’a quelques années, MTV diffusait Beavis et Butthead, un dessin animé autour de deux fans de rocks, par exemple. Puis MTV  a commencé à diffuser Cribs, où les stars dévoilaient leur maison. Puis y’a eu Made où des jeunes se lançaient un défis (6 semaines pour devenir la reine des pompoms girls alors que je pèse 600 kilos) ou encore des émissions de dating comme Parental Control, où les parents choisissent un mec à leur gamine (ou inversement une meuf à leur gamin) parce qu’ils n’aiment pas l’actuel. Une dérive qui amène aujourd’hui à 16 ans et enceinte, très logiquement suivi de 17 ans et Maman, après avoir inventé des formats comme The Hills (sorte de Hollywood Girls) et bien d’autres.

MTV raccole donc large, avec du Vis Ma Vie, du Confession Intime à la sauce generation Y, et garde du coup le coeur des 13-20 ans, comme il y a 15 ans, mais plus pour les mêmes raisons. Comme le dit la vidéo avec humour : pour que les jeunes se sentent supérieur à une gamine de 16 ans enceinte et sans un rond.

MTV s’est donc segmenté pour gardé son identité, avec MTV Base pour le HipHop, MTV Pulse, MTV Idol etc. qui eux continuent de diffuser des clips, mais sur des bouquets payants.

Et pourtant l’influence de MTV n’a jamais été aussi forte, comme en témoigne ses évènements phares MTV Music Awards ou MTV Video Award, preuve encore que la musique et les artistes, restent l’ADN de la marque MTV, mais pour combien de temps…

 

Mes morceaux préférés

Parlons un peu de musique, un sujet qui me passionne et qui m’avait amené au départ vers le journalisme. Un petit classement de chansons à écouter très fort (j’insiste, c’est vraiment pour moi à fond que ces titres prennent encore plus leur sens) qui pour ma part me laissent sans voix, les poils hérissés, la larme à l’oeil même. Dans un autre billet, on parlera de riffs :)

Aaron Seeds Of Gold
Cette montée musicale, cette répétition de phrases et cette fin sublime “something coming on my friend” m’emmène haut dans les émotions (comme dirait Chris DeBurgh, comprenne qui pourra). Une bonne découverte sur ce second opus après le très remarqué Lily (U-Turn)

Neil Young Heart Of Gold
Bien sûr il y a the Needle and The Dammage Done, A Man Needs a Maid, mais surement lié à un moment de ma vie (que j’ai oublié), celle ci me touche, le coté quête, qu’on ne sait pas trop si elle est intérieure ou celle d’un être complémentaire… bref sublime.

Billy Joël Piano Man
Avec son coté ballade irlandoche, l’histoire bien écrite du joueur du piano, sa relation à l’instrument, le bonheur qu’il diffuse et là aussi une montée dans la densité du son de l’instru, les “lalalalila”, la voix qui monte, ceux qui ne connaissent que Honesty ou Uptown Girl sont vraiment passés à coté de quelque chose.

George Harrison – While my guitar gently weeps
Grand fan des beatles et peut-être encore plus de George ces dernières années que j’ai complètement redécouvert (je vous conseille l’excellent docu sur lui “living in the material world”), j’ai toujours aimé cette chanson. Le fait de jouer de la guitare (comme un pied) y est peut-être pour quelque chose. J’aime la progression des accords, sur la base de la mineur (je me la pète), le rythme, l’émotion. Avec un amour tout particulier pour la version du concert pour le Bangladesh (désolé pas de lien deezer)

Led Zepplin Since I’ve Been Loving You.
Un sacré blues de plus de 8 minutes, intense, porté par les solos de Page qui s’entremêlent aux cris suraigus de Plant, un morceau tout en monté aussi, un quasi solo interminable, émotionnelle, prenant, tripant, presque Floydiens par moment. J’ai tellement aimé la version du remasters (l’original quoi), que j’ai eu beaucoup de mal à me laisser emporter par d’autres versions… jusqu’au “Live à La BBC” qui m’a achevé, sublimant le magnifique.

Syd Matters To all Of You
Bon c’est clair que n’importe quel titre de Syd Matters peut te donner des envies de suicide, mais celui ci je le trouve sublime, ce petit arpège en boucle, les fonds planants, bref j’ai choisi celui là !

Del Amitri Always the last to know
J’ai surement un problème avec cette chanson, si mon iphone devait me dire la chanson que j’ai le plus écouté dans ma vie c’est celle là. Rien de particulier pourtant, une histoire banale, d’un mec qui se rend compte qu’en ayant rompu avec sa copine il est toujours le dernier à savoir ce qui arrive dans sa vie… mais sa voix me rend fou, le petit riff, les paroles aussi finalement, je peux l’écouter en boucle.

Guns N Roses November Rain
Trop le bon plan à 14 ans, tu demandes au Disc Jockey de te passer celle là pour un titre de 8 minutes, si au bout du compte t’as pas emballé : laisse tomber c’est mort. Au delà des premiers émois, c’est pour moi un des plus beaux titres des Guns avec Estranged (dans la catégorie slow). La voix surréaliste (et multipliée par 12000 grâce au multipiste), et surtout, surtout surtout surtout le deuxième solo de Slash, pour moi son plus beau, c’est à ce moment là (à 6’57) que je perds le contrôle total, j’y suis, dans leur église, pleurant la mort de la femme du moment d’Axl, dans le désert, tout de cuir vétu. Bref tu vois ce que je veux dire.

Lloyd Cole Forest Fire
Mystère des années 80 Lloyd Cole n’aura eu que 2 gros succès, avec sa voix à la Chris Issak (ou elvis au choix), cette chanson tout en retenue, vous laissera à la fin comme un incendie de forêt mal éteint (j’ai aussi été élevé avec les grosses têtes pardon).

 

 

Musique et Vidéo, un avenir lié, oui mais comment ?

C’est l’histoire d’une vidéo qui buzz. Au départ, un géant mondial du BMX et Redbull pour “façon Ken Block“, réaliser une vidéo de démonstration.

En accompagnement musical, une chanson de Loch Lomond (jusque là totalement inconnu de mes oreilles qui pourtant en ont écouté…).

La vidéo c’est celle-ci, plus de 4 millions de vues sur Youtube et elle entame son tour de Facebook.

et quelle surprise de retrouver la chanson dans les classements iTunes (13ème de la catéorie Folk) !

Capture d’écran 2010-12-16 à 11.36.50

Finalement rien de bien nouveau, c’est comme les pub apple qui ont lancé pas mal de chansons (souvent des one hit wonder).

Mais là où c’est intéressant c’est donc que la vidéo peut être un support pour VENDRE de la musique. En effet, il semblerait que les chansons issues de vidéos se vendent mieux par rapport au taux de piratage moyen d’une blockbuster.

MyMajorCOmpany devrait peut-être préter ses artistes pour des vidéos inspirationnels de ce type, et c’est surement un bon filon pour pas mal de groupe en manque de public.

Le lien affectif que l’image colle à la chanson semble changer la perception de l’internaute, autrement qu’un clip qui est de toute façon là pour servir la musique ou pire, l’artiste.

Thriller pourrait en être une bonne illustration, au delà de la chanson, le clip qui est un véritable court métrage, n’a-t-il pas maximiser le succès de la chanson qui, musicalement parlant, n’était pas la meilleure de Michael…

Quelles débouchés pourrait-on imaginer sur la promotion au sens publicitaire de la musique sur le web ?

Monday’s musique dans mon iPod

Petit post du lundi pour partager avec vous mes achats de la semaine

Ten – Pearl Jam, un classique “must have” que je n’avais pas (ou plus) en numérique

Come and get it- Eli Paperboy Reed – à écouter d’urgence, de la soul belle, enjouée, profonde, avec une voix d’enfer

Envoi- Absynthe Minded, une petite rythmique accoustique bien sympa, pour un bon premier single

No way but the hard way – Airbourne, ça sent le AC-DC mais ça n’est pas eux, bon gros riffs, voix aiguisées, Airbourne va vous bluffer !

Nick Kershaw, pour deux vieux titres, Wouldn’t it be good et The Riddle pour se souvenir des années 80’s

Stromae , une nouvelle génération d’artiste

On parle beaucoup de la mort du disque, qu’internet tue la musique et autres conneries, il faut bien l’avouer quand les rapports gouvernementaux sont réalisés par des PDG de société qui doivent vendre des CD pour exister et que les majors tentent de verrouiller le marché plutôt que de reprendre à la loyale leur position de leader, l’avenir des “maisons de disque” et des artistes va devoir prendre un bon coup de pied au cul, après avoir pris une bonne claque (merci Napster !)

Tout ça pour vous parler la lettre de Virginie qui présente ce qu’on peut appeler “une nouvelle race d’artiste”. Internet, les mp3 ont changé la donne, et le public a changé lui aussi et a d’autres attentes vis à vis des artistes et ça Stromae (maestro en verlans) l’a bien compris.

Alors Stromae c’est ça :

et pourquoi c’est une nouvelle génération d’artiste ? Parce que Stromae est en contact avec ses fans, qu’il communique sur lui au quotidien sur son blog, son Facebook ou son compte Twitter et que pour se faire identifier il a donné des cours de musique électronique sur internet :

Stromae utilise les médias sociaux et a même sa page Wikipedia !

A écouter en interview :

Stromae est donc présent sur internet, il se gère comme une marque, échange avec ses fans, publie du contenu, fait du buzz et en plus… il fait de la musique :) Pas étonnant qu’avec ses différentes vidéos, le Belge soit aussi connu et cannibalise les charts depuis plusieurs semaines, bien joué, bien fait, mérité !

Damien Saez le dernier héros ?

J’avais l’âge d’aimer ses premières chansons, Jeune et Con ou Sauver cette étoile. Puis je l’ai vu en concert, et je me suis rendu compte que j’étais déjà bien plus vieux que son public de teenager, déçu par son attitude sur scène à faire des doigts d’honneur à la vie, je l’avais catégorisé dans les rebelles pour teenagers.

Puis un matin d’avril 2002, un goût amer dans la bouche, c’est Fils de France qui me touche, un hymne fabuleux, pondu en quelques heures déferle sur le net et les radios avec un leitmotiv “fils de France, enfants de la résistance”.

Puis le poëte maudit est reparti dans ces délires que je n’ai pas suivi.

Mars 2010. L’affiche du nouvel album de Saez est censurée pour sa sortie, le jour de la fête de la femme. Une injustice qui fait buzzer le chanteur, qui affirme que pour vendre du Danone ce genre d’affiche est autorisée. Son premier single, gratuit sur le web, s’intitule J’accuse, référence à l’illustre Zola. Une haute référence qui peut faire sourire mais qui soutient parfaitement les points de vue du jeune homme.

Si on devait résumer les paroles de cette chanson (dont la musique ressemble quand même beaucoup à l’homme pressé de Noir Des’) c’est un brulot anti-sarkoland, anti société de consommation avec de belles phrases bien senties qui toucheront encore les teens mais pas que. “L’homme ne descend pas du singe, il descend surement du mouton”. Derrière cette phrase amusante se déroulent toutes les aberrations d’une société que le poëte refuse, argent, connerie humaine, aseptisation de la société, tout y passe. Avec talent. ça faisait longtemps, ça fait du bien.


SAEZ J’accuse (avec paroles)
envoyé par Blooms. – Regardez la dernière sélection musicale.

Deezer a-t-il tueR la critique musique ?

Deezer, Spotify, Pandora avant eux ont-ils tués le métier de “rock critique” ? Avant, quand on voulait savoir si un album était bien, on lisait une critique mais maintenant ?

Bah maintenant quand on veut savoir si un album est bien, on l’écoute ! J’ai toujours dit “je paye la musique pas les films”. En effet la musique je peux savoir si elle est bien avant de l’acheter, mais un film ? Un film non, évidemment. Du coup, pour se faire un avis la meilleure solution reste soi-même et c’est ce qu’on amené les sites de diffusion de musique, la possibilité de se faire un avis mais aussi d’écouter 120000000 de fois un album avant de se décider, ou non, à l’acheter.

Alors l’album est mort, la critique aussi, quels vont être les métiers de la musique de demain ?

Steve Jobs a-t-il tué la musique ?

Je lisais un article l’autre jour dans un magazine papier (bah oui) et le journaliste accusait Steve Jobs d’avoir tué la musique par ce qu’il appelat le “skip skip skipping”. En franças, que Steve avait tué la musique en permettant un zapping quasi illimité de la musique.

Pas con. C’est vrai, avant on avait 3 disques sur soi et on les usait jusqu’à la moëlle avant de passer au suivant ou de s’acheter une pochette qui permettait de trimballer une vingtaine de disques. En plus c’était chiant, pour passer d’un artiste à l’autre, il fallait changer de disque… Avec l’iPod, comme le rappelait l’article, c’est des centaines de disques, des milliers de morceaux et presque autant d’artistes qu’on a dans la poche.

Du coup le journaliste disait qu’on avait perdu la notion d’album, de l’écoute d’un album, parfois même du fait que les morceaux aient des noms. Le journaliste allait même plus loin en disant que Steve avait mis une carotte phénoménale au monde entier en lançait l’iPod pour y lire des mp3 alors que sa vraie intention était de nous obliger à passer par itunes pour devenir un des principaux fournisseurs de musique du monde.

C’est un peu violent comme point de vue, pas con, mais un peu violent. Je pense plutôt que Steve a révolutionné la musique.

Dans un précédent article, je m’interrogeais sur la légitimité aujourd’hui de produire des albums et de continuer à les limiter à un certain nombre de morceaux. Je pense que le “skip skip skipping” est dans la même veine, les gens n’écoutent plus de la musique comme “avant”. Les lecteurs portables (walkman, discman etc.) auraient surement inspiré à ce journaliste qu’on écoute bien la musique que dans son salon et que c’est tuer l’art que de l’écouter dans le métro ou dans la rue. La musique a changé, la production aussi (avec mymajorcompany), avec les remixeurs (comme MXP4), alors oui l’ipod a surement accéléré la dématérialisation mais maintenant c’est l’écoute qui change, le consommateur est zappeur, versatile, il ne se fixe pas la limite de 12 chansons pour considérer une “oeuvre” qu’on appelle album. Le consommateur consomme la musique. Il zappe comme dans les rayons d’un supermarché et les notions archaïques d’album, d’écoute complète, d’oeuvre vont commencer à disparaitre.

Alors Steve, on ne peut pas t’imputer tous les maux, mais tu fais partie de cette révolution qui s’annonce passionnante.

Them Crooked Vultures : des lourds qui envoient du lourd

Them Crooked Vultures c’est du lourd, du très lourd, du rock qui perfore les peaux des batteries. Une association de 3 monstres du Rock’n’Roll pour un album à la hauteur.

Donc the TCV c’est l’association de 3 rockers de l’ancienne école, Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters, Queens of the stone edge), Josh Homme (Queens of the stone age) et… John Paul Jones. ah ça vous dit quelques chose ? Oui cherchez bien, creusez même ! Oui c’est ça, le bassiste de Led Zep !

them-crooked-vultures

Et c’est un album dans la veine des Queens Of the Stone Edge que nous livrent les 3 compères, c’est rock, presque métal, ça dépote et pour comprendre un peu mieux je vous propose ce titre

Gérald De Palmas à la limite de l’auto-parodie ?

J’aime Gérald De Plamas. J’ai aimé son premier album, j’ai aimé son deuxième album (passé inaperçu), j’ai aimé “Marcher dans le sable”. Et là j’ai donc acheté “Sortir”, sans conviction…

Outre le fait que le titre de l’album me fait penser à un titre à la Miossec, je suis rentré dans cet album avec le single “Au bord de l’eau”, un jolie ballade, des mots qui m’ont touché, une mélodie un peu mélancolique, bref un joli petit morceau.

Puis j’ai attaqué l’album… Et j’ai bien aimé. J’ai bien aimé, et je sais pourquoi : chaque morceau m’en rappelle un autre !

Bah alors Gérald, que tu fasses du De Palmas je le comprends, mais que tu te repompes toi même !

Par exemple :

Dans une Larme et J’en rêve encore

Mon coeur ne bat plus et Le gouffre

et là, la guitare :

Fais de ton mieux et Une seule vie

Bref beaucoup de similitudes mais toujours ces belles chansons et ces textes qui nous suivent, avoir 20 ans et “être sur la route”, avoir 25-30 ans et se rendre compte qu’on a “qu’une seule vie” ou vieillir encore pour “faire de son mieux”. Il y a cette poésie qui se dégage des chansons de De Palmas, avec laquelle il joue parfois un peu trop avec des rimes téléphonés, des phrases un peu tordues.

Sortir est donc une espèce de suite de Marche dans le Sable avec quelques chouette single mais bien en dessous du modèle…0600753194324

Izia : girl’s rocking for guys

Dans l’histoire du rock on a connu quelques filles qui balançaient grave, Janis Joplin bien sûr, mais aussi des Amy Lee (Evanescence) ou des Gwen Stefanie (No Doubt). En France on avait… ça ne me revient pas, en tout cas maintenant on a Izia.

Izia est issue d’une famille de talents, un père qui a fait une carrière, un frère en plein de dedans, bah oui dans le Famille Higelin, le talent ne saut pas de génération.

Son album est une tuerie, du gros son, de la voix, des guitares bien tranchantes, un reste de heavy métal 90’s et une âme de bluesman dans le fond des cris. Il suffit d’écouter Back in Town pour s’en rendre compte, y’a les codes, les bonnes références et ça balance.

A écouter le matin pour faire chier les voisins, à écouter dans le métro pour se réveillé, à écouter au bureau pour se concenter :)

Le concept d’album est-il mort ?

Gille Babinet, qui fut mon patron il y a quelque temps,parle beaucoup de musique sur son blog et pour cause, en grand fan il a eu plusieurs sociétés autour de la musique et actuellement possède MXP4 un concept assez révolutionnaire autour de l’écoute de la musique. Moi, je commence à me demander si iTunes ne m’a pas enflé…la dématérialisation ça ne devait pas changer radicalement la consommation de musique ?

Le Prix
A presque 10€ un album, et parfois plus, je n’ai pas l’impression que la dématérialisation me fait gagner de l’argent. Quand je dépensais 10€ pour de la musique avant on me filait un disque avec une belle pochette. Si j’enlève le prix du disque et de la belle pochett, je devrais payer moins cher, non ?

Le concept d’Album
Avec la dématérialisation l’industrie des majors continue de produire des disques (que les gens achètent de moins en moins) et donc produit un album qui peut se graver sur un disque, soit entre 12 et 18 chansons en moyenne. Maintenant, quand j’achète sur iTunes, je n’ai pas de limitation de volume, alors pourquoi les albums numériques ne contiennent pas plus de chansons ? pourquoi s’arréter à 12 chansons ? Pour maîtriser celle qui sera le single ?

Pourquoi ne pas sortir des chansons au fil de l’eau, pourquoi encore les regrouper ?

Alors j’en suis là, l’album serait-il un produit d’un autre temps ? Fini les 12 chansons ? Fini le concept de single ?

crédit photo : ylfaure.photo

Coeur de Pirate : coeur de teenager

Oui j’ai bien écrit “coeur de pirate”, ce n’est pas un cadavre exquis, c’est bien l’album que j’ai écouté et entier s’il vous plait.  Coeur de Pirate c’est la nouvelle révélation du grand nord américain, une pop-folk doucereuse, peut-être trop…

1244655855coeur de pirate

Coeur de Pirate c’est cette jeune Canadienne qui chante “il m’aime encore et moi je l’aime encore plus fort“, un petite ritournelle qui reste bien dans la tête mais qui agace un peu. C’est un peu ça Coeur de Pirate, de belles mélodies, des paroles naïves, une fille si mignonne qu’on pourrait la baffer et pourtant… Et pourtant ça tourne, ça tourne bien dans ma tête ces petites chansons, une envie de les siffloter le matin dans le RER pour adoucir les mines grises que l’on croise, un rappel des douleurs que peuvent causer l’amour et la vie quand on a 18 ans.

Une jolie voix qui porte donc bien ces chansons à l’air léger et aux paroles graves, la gravité que l’on connait à l’adolescence. Le coeur brisé de Coeur de Pirate emmène alors dans une balade poético-lyrique, rythmée par le son épuré et folk du petit Pirate.

On a beau se laisser emporter le fond reste ce qu’il est, niais, doucereux, si vous avez 17 ans et vos premiers émois, vous vous retrouverez dans cet album bien produit et bien ficelé. Moi, j’ai hate qu’elle sorte un album plus mature car l’essentiel y est, du talent pour accrocher les mélodies et un talent indéniable pour faire sonner les mots.