Category Archives: objets communicants

L’expérience Pebble Watch

J’ai reçu ma Pebble Watch, dont la cote explose par ailleurs sur ebay entre 200€ et 300€. L’occasion de faire le point sur cette expérience de shopping sur Kickstarter

et la création d’un produit.

La Pebble Watch (si vous avez cliqué sur le lien ci dessus) c’est le succès de l’année, le tsunami du crowdfunding, tout le monde en voulait une. L’expérience commence en avril 2012, avec la pré-commande de cette montre qui doit communiquer avec le smartphone. Coût 100$ pour les premiers acheteurs. Un concept cool et plein de promesse, puis arrive la réalité.

La première réalité c’est qu’elle n’arrive pas en septembre comme promis. Ni pour Noël, non elle arrive courant février 2013, soit un retard de 6 mois, dur à comprendre pour un consommateur. Du coup ça s’excite pas mal sur le net, mais l’équipe montre bien qu’elle bosse à la sortie du produit, ce qui au moins rassure sur le fait qu’ils ne nous ont pas arnaqué.

Avril 2012, fin février 2013, plus long que pour faire un bébé. Et ma métaphore (car oui, je fais des métaphores) démarre là. En effet, quand tu attends un enfant, tu sais que ça va prendre 9 mois, et à priori pas un de plus. Tu sais que quand il va naître, il va t’empêcher de dormir, qu’il ne parle pas, ne marche, et qu’il va passer le plus clair de son temps à dormir, pleurer, bouffer et chier. Et généralement tu n’es pas déçu. Et quand il arrive, le plus souvent “c’est le plus beau bébé du monde”.

Mon bébé est arrivé par la poste hier matin. “ça fera 25€ pour les taxe”. Pardon ? Oui j’ai payé des taxes. J’ai attendu quasiment une année depuis ma commande, j’ai payé 99$ le produit puis 15$ pour les frais de port et là je paye 25€ de plus, pas loin d’un quart du prix du produit !!! Bon rien à foutre je raquette quelques collègues (j’avais pas un balle et si quelqu’un sait où j’ai mis mon chéquier je suis preneur de l’info), je paye le postier et j’arrache le carton postal, qui est aussi le carton d’emballage.

Donc, pas de “boite”, un carton qui sert au shipping, cheap…même chez Swatch tu as un boite, en plastique pourrie, que tu perds et que tu casses, mais une boite… Le boitier de la montre est laqué, plutôt joli mais le bracelet est moche, franchement cheap (bis), ce que mes collègues ne manquent pas de me faire remarquer au cas où leur taper 25 balles m’aurait rendu aveugle.

Pas grave, ils sont jaloux (ou pas en fait…). Je l’allume, je télécharge l’appli sur mon iphone, je synchronise le bluetooth, je la prends en photo pour faire rager mes contacts facebook et leur montrer que moi aussi j’ai l’heure maintenant. (oui j’ai oublié de le dire, ça fait genre 15 ans que je ne porte plus de montre, mais celle là me faisait envie.)

“Alors elle fait quoi ?” Et bien… elle me met les alertes de mon téléphone sur le cadran ! “Ah ouais, et tu peux appeler avec ?” “non.”  “Ah”. Oui, on ne peut pas appeler, on ne peut pas répondre aux messages, c’est un écran d’iphone déporté. Du coup c’est vrai, je suis un peu déçu, à force de l’attendre j’avais oublié ses fonctionnalités, ma super montre qui se connecte au mobile, se connecte… pour pas grand chose.

Mais je l’ai ! Donc tout de suite 2 choses prioritaires à faire : trouver un autre bracelet (done, chez n’importe quelle marque c’est “compatible”) et voir les fameuses apps qui permettent de doter la montre de fonctions (notamment l’app de running que je trouvais cool) ou la météo.
Et bien pas d’app. Je cherche et j’arrive sur le forum de Pebble et je me rends compte que quelques fonctionnalités annoncées n’existent pas vraiment (dans les grandes lignes), que le partenariat et l’app runkeeper, ne sont pas dispos (je crois même comprendre que je peux me le mettre dans la godasse pour rester poli), mais ils assurent que l’app FreeCaddie, pour les golfeurs est en cours je m’en fous j’ai pas de Golf, je m’en fous je joue pas au golf. Et puis je me suis rendu compte que l’appli de running devait utiliser le GPS de l’iphone, oui tu comprends bien comme moi, tu vas te faire chier à courir avec ta montre  ET ton iphone pour que ta montre t’affiche les mêmes infos que ton iphone…qui te les dit de toute façon dans ton casque… ça s’énerve franchement sur les forums :

gdbgbafg

Je commence à recevoir des messages, ça vibre dans la poche, ça vibre au poignet, ça marche bien, c’est plutôt cool, ça fait un peu chier que ça vibre de partout mais bon, je le voulais. Mais quand je reçois 2 messages d’affilé (typique des utilisateurs iphone qui ont imessage) seul le dernier s’affiche (et du coup le message ne veut pas dire grand chose). Et quand je reçois des émoticones, la Pebble ne les comprends pas, ça fait des carrés.

Pour la recharge j’ai un cable USB d’un coté et propriétaire de l’autre. Relou, si je le perds, le casse, je bousille (ce que je fais de mieux) je vais me faire chier à en retrouver un, mais je comprends pour que les besoins du waterproof ils ne pouvaient pas faire un USB-Mini USB, mais relou quand même. Et si je veux la recharger dans une prise ? “Vous pouvez la brancher à n’importe quel chargeur mural”, en gros, pas de boite, pas de chargeur et un câble qui va me faire 6 mois. Cher payé.
La Pebble peut contrôler la musique sur l’iphone, ça c’est cool quand même. La Pebble a un bel écran e-ink façon kindle. Elle est la seule à être vraiment waterproof et elle m’a donné envie de recommencer à porter une montre.

Mais… coût total 115€ pour un produit qui pour l’instant ne tient pas toutes ses promesses, en tout cas celles dont je croyais me souvenir, et puis elle fait un drôle d’effet, car hier soir lors d’un diner j’ai eu le droit à un “tu te fais chier ? tu regardes sans cesse ta montre”. Pfff j’ai une Pebble moi Monsieur ! Elle donne l’heure et me donne les messages de mon tel. “Et bien je préférais quand tu regardais tout le temps ton téléphone”. Bah je crois que moi aussi…

Dernier détail, j’ai l’impression que depuis avril 2012, d’autres se sont lancés sur le créneau avec de belles promesses bien plus intéressantes (sauf le waterproof), en un an j’aurais peut-être dû économiser pour une hypothétique montre by Apple ou des Google Glasses…

Alors voilà à 115€ prix d’achat, et à 250€ prix de revente actuel sur ebay je me pose des questions :) Mais je ne vais pas la vendre, j’attends de voir le développement des apps qui vont peut-être étendre réellement son utilité, en attendant je frime, j’ai une Pebble Watch Kickstarter edition !

 

C’est pas un problème de techno, c’est un problème d’imagination

C’est par cette très belle remarque (oui, 100 roses, oui c’est pour moi, merci moi même) que je voudrais aborder un sujet sur l’évolution des technologies dans notre quotidien. Globalement on a aujourd’hui à notre disposition des kilos de technologies, mais il faut de la créativité pour en faire des solutions…

NFC, RFID, WIFI, Bluetooth, Raspberry, Arduino, capteurs, globalement aujourd’hui rien n’empêche nos fantasmes de devenir réalité, sinon le coût de fabrication industriel, les coûts de r&d mais surtout savoir les marier.

Nous avons lancé Teddy Sitter, dont le démarrage est, comme tous les démarrages, laborieux. Quand j’ai pensé à Teddy, je me suis inspiré du film TED, et je me suis dit, cet ours est trop cool, il faudrait pouvoir le faire en vrai.
Sur youtube on voit un mec qui a fait un vrai R2D2, un vrai wall-e, donc y’a moyen de faire des trucs.

Alors je me suis posé, et j’ai écrit tout ce que je voulais pouvoir faire avec mon Teddy Sitter, qu’il parle, qu’il comprenne, qu’il ait le sens de l’humour dans ses réponses, qu’il communique avec mon mobile et ainsi de suite.

J’ai été voir Nicolas et Alain, avec qui je travaille et je leur ai présenté quelques slides powerpoint sur ce que je voulais faire.
“t’es fin fond cramé” m’ont-ils dit. Oui surement. Mais je voyais pas tellement pourquoi. Siri fait la partie communication, y’a des jouets qui font du bruit quand tu les manipules, y’a des jouets qui s’allument quand il fait noir et ainsi de suite. On a donc pris chacune des choses que je voulais que Teddy fasse, et on a regardé si on pouvait le faire.
Qu’il chuchote la nuit ? oui avec un capteur de lumière.
Qu’il comprenne et parle ? oui avec de la reconnaissance vocale et un algo de précision
Qu’il dise je t’aime quand on le serre ? oui avec un capteur de force
Qu’il surveille les cycles de sommeil de l’enfant ? oui avec un accéléromètre.

Un gros quart d’heure plus tard avec Nicolas et Alain nous avions trouvé toutes les solutions pour faire tout ce qu’on voulait et même plus !

Un frigo communicant ? Une alerte parce que tu n’as plus de lait ? Une peluche qui te suit ? Piloter toutes ses ampoules par la voix dans la maison ? Oui, c’est possible.
Lancer le chauffage 30 minutes avant de rentrer chez vous, et que la porte de garage s’ouvre à votre arrivée ? Oui avec Google Now par exemple

Améliorer votre vie quotidienne, surveiller vos aliments, votre activité physique, vous aider à mieux consommer en prime ? Oui, avec une balance communicante reliée à un capteur type “fitbit” et une appli type Shopmium, on vous recommande de manger du riz et on vous dit où près de chez vous il y a une promo. C’est possible. A un prix accessible. Et en plus on peut vous le relier à vos cycles de sommeil !

Aujourd’hui tout est possible, de façon simple et le futur pas si lointain est lui aussi en marche comme les vitres auto nettoyantes… Le marché est-il mûr ? peut-être pas encore, mais nous sommes de plus en nombreux à être déjà prêt voir déjà dedans.

Que s’est-il passé avec les robots ?

Dans les mensonges reconnus des années 80, à part le plein emploi, on a eu les voitures volantes, mais aussi les robots. En l’an 2000 on aurait tous des robots à la maison, on est en 2013 et pour l’instant je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. Pourtant on a fait des gros progrès dans le domaine.

Asimo, Nao, sont parmi les plus connus aujourd’hui et sont d’un niveau vraiment très élevé. Pourtant on voit depuis des lustres sur M6 les compétitions de robots (merci e=m6 !) mais pas de commercialisation de tout ça… On a le roomba, l’aspirateur autonome, le furby, le jouet énervant, des kilos de projets qui n’ont pas de suite, pourtant…

Pourtant nous avons les capacités technologiques de produire des robots, assistants, limités certes, mais bien possible. Dialoguer avec un robot comme on peut dialoguer avec Siri, ce n’est pas très compliqué. Avec les cartes arduino ou raspeberry, c’est accessible. Les tonnes de capteurs à 3 euros qu’on trouve sur le marche (lumière, suivi de ligne, force, pression, accéleromètre, température, humidité) et un peu de jus de cerveau on peut réaliser des choses très avancées.

Certes, le robot humanoïde, qui marche, monte un escalier, peut se relever, saisir un objet, est un le Graal, et les deux évoqués, sont d’un niveau étonnant. Mais avant d’en arriver là, un truc qui roule, qui comprend des ordres et peut porter ou contrôler des appareils électriques, ce serait déjà un pas, un pas qu’on pourrait faire dans tous les foyers pour un coût plus qu’abordable. Un robot qui comprendrait autant si ce n’est plus d’ordres qu’un chien dressé pour les aveugles ou les handicapés. Ces chiens ouvrent des portes, ramènent des objets, dirigent etc. Quel frein technique, mécanique empêche aujourd’hui cela ? Rien. Allumer la télé, changer de chaine, contrôler la température, les lumières, surveiller les bruits, aller d’une pièce à l’autre sans se cogner, reconnaitre même des gestes ou des gens, communiquer avec l’extérieur, pouvoir transporter des objets, faire des rappels à des heures données etc.

Ce n’est pas un mythe, mais ça n’existe pas. Pas encore.

 

Ce que devrait être Virgin en 2013

Nous en parlions pour la FNAC, mais il semble que Virgin soit en train de suivre la même voie, celle de garage, l’annonce est faite, Virgin devrait fermer.
Virgin Megastore, ne serait plus rentable, surtout celui des Champs Elysées, dont le loyer doit être hallucinant.

Virgin, c’est la marque mythique crée par le non moins mythique Richard Bronson, mais le mythe s’effondre. Les produits culturels ne se consomment plus de la même façon, et les magasins comme la FNAC ou les Virgin ne peuvent plus exister en tant que tel.
On peut reprendre cette vieille discussion, sur quoi faire d’un CD quand on n’a que des lecteurs MP3 etc. mais c’est une vraie question de fond.

Pourquoi Virgin qui était un modèle d’innovation dans la consommation de biens culturels n’a pas réussi à se renouveller ?
La réponse est simple : le support à changé. Comme la FNAC qui veut vendre des disques à des possesseurs d’iPhone, des livres à des possesseurs de Kindle, des DVD à des génération Y qui ne jurent que par le streaming.

Y’a-t-il un modèle à réinventer ?
Oui sûrement, mais les géants qui ont voulu soutenir les majors n’ont pas pu l’enclencher faute de soutiens. Comment mettre des bornes de téléchargement, quand votre fournisseur ne veut vous fournir que des disques… et que vous avez en plus intérêt à continuer de vendre des disques…

Les Apples Stores, eux, font de l’argent. Je m’avance, mais en tout cas, eux ne parlent pas de fermer.

Alors ce serait quoi un Virgin (rentable) en 2012 ?
Ce serait une nouvelle expérience de shopping qui apporte aux clients ce qu’ils cherchent et non plus tenter de leur vendre des produits en perte de vitesse.

A. De la techno :

– un showroom techno axé “mobilité” (appareils photos, tablettes et smartphone), avec des conseillers calé et disponibles
– un point retrait des commandes passées sur le web
– la possibilité de charger sur des bornes des contenus (musique, films, livres) sur son smartphone ou tablette
– des accessoires, des tonnes d’accessoires, c’est le marché le plus porteur pour les smartphone et tablettes
– de la personnalisation, gravure, pochettes, protection de matériel électronique (case etc.)

B. Une expérience différente

– plus de caisses, encaissement comme dans les Apple Store, via une appli ou via les vendeurs
– du service comme Apple, des cours d’informatique, d’utilisation des produits vendus.
– Du crowfunding, après tout ce serait tellement logique que Virgin et ses clients financent de nouveaux artistes et des produits qui seraient exclusifs et disponibles uniquement chez Virgin…
– Du partage, rendre l’expérience sociale, qu’on puisse voir les trends, les recommandations de ses amis, je reviens à mon idée de bornes  interactives qui remplaceraient assez bien des rayonnages. Alors quelle valeur ajouté par rapport à une plateforme en ligne ? ça fait partie des choses à trouver, la simplicité, le conseil, le fait de pouvoir offrir à quelqu’un d’autre, ne semblent pas suffisant.

Est-ce que cela suffit ? j’en doute, mais pourtant il doit exister un nouveau modèle pour les vendeurs de produits culturels et technos qu’il faut inventer, et pour vous c’est quoi le “virgin du futur”, sachant que le futur, c’est maintenant ou jamais pour eux :)

Cher Steve Jobs

Cher Steve, désolé de te déranger, tu dois sûrement être à un concert d’Elvis ou de Jim Morrison, en train de fumer le calumet de la paix avec Gandhi ou Bob Marley, mais il faut que je te parle de ton entreprise et de la concurrence.

J’ai eu un peu de temps moi aussi avec les fêtes, tu vois, y’a pas que les morts qui ont du temps, y’a aussi pendant les fêtes de fin d’année… J’ai mis ce temps à profit pour résoudre des problèmes. Celui de mon iphone 5 qui ne synchronisait plus mes musiques, celui de mon MacBook devenu aussi lent qu’un vieux PC, époque windows 98. J’ai racheté un casque, celui qui est censé mieux rentré dans mes oreilles. Tu m’excuseras mais je l’ai acheté sur Amazon, car ils me font la livraison gratuite et que j’avais pas envie de me trainer à Vélizy en période de Noël, si génial soit ton Génius Bar.
J’ai aussi installé iTunes 11, et j’ai galéré. Je ne peux plus envoyé une playlist crée sur mon ordinateur directement vers mon iphone, enfin je ne crois pas, car même si tu t’en fous, je galère avec cette version. Je n’ai rien contre les évolutions, je ne suis pas Francis Cabrel à penser que c’était mieux avant (si tu connais pas, patiente, il arrive), mais là c’est franchement le bordel… En mode plein écran, puisque le multi bureau est mort avec Lion Mountain, je n’ai pas le bouton d’accès au contenu de mon iphone et  je n’utilise peu ou pas le plein écran, tu m’as vendu un écran 27 pouces et je suis à 80 centimètes de la dalle, donc en plein écran, j’en prends plein la gueule…et ça me fait mal. Je pige pas non plus les messages d’avertissement quand je veux lire une musique, il me demande d’effacer des listes, je flippe, je dis non, mais finalement je le fais sinon ça passe pas aux musiques que je veux. Je me sens so windows user.

Franchement je kiffe Siri, c’est tellement pratique, je kiffe aussi que mon iphone soit plus grand, plus fin et plus léger, mais je passe plus de temps à résoudre ses problèmes. Tiens hier, alors que je transférais un fichier vidéo vers ma Freebox, puisque le airplay ne prend pas les vidéos, l’ordinateur s’est arrêté Windows Style, (whopa). Pas bleu, parce que chez toi c’est la classe, mais dans le genre.

Alors puisque j’ai du temps, j’ai été trainé sur le site de Nokia et leur Lumia. Tu sais à quel point je déteste Windows, tant de mes nuits adolescentes où j’aurais du éclater mes boutons purulents en écoutant Doc & Difool, que j’ai passée à enlever un vers avec Kaspersky et ses potes, à tuer le virus à coup de format c:, tant de drivers que j’ai installés pour simplement utiliser ma souris sans fil ou mon imprimante. Mais ils ont fait des progrès, du moins vu de l’extérieur. Le Nokia Lumia fait une sorte de réalité augmenté qui fait passé la 3D de Plans pour une blague vintage de mauvais goût. Son appareil photo permet non pas de choisir la meilleure photo, mais la meilleure tête sur une série de photo. En basse lumière il est bluffant. Sa batterie dure plus de 4h (si tu vois ce que je veux dire) et je peux l’avoir en 5 couleurs différentes (de mémoire, peut-être plus) et il coûte 500€ sans abonnement. Il se recharge sans fil, en le posant sur son chargeur ou sur une baffle NFC qui diffuse le son et recharge le téléphone. Bref, ce que j’aurais tellement voulu dans mon iphone 5 À 800€. Tu peux dire à Madoff, que je l’ai pas payé ce prix grâce à mon opérateur. Ah, il est pas encore là ? Patiente…

J’ai vu aussi des Asus ou Acer je ne sais pas trop, qui ont un windows qui fait tout ce que j’aime dans OSX. Ils démarrent dès leur ouverture, comme mon mac… Vu de l’extérieur, c’est pas dégueu, il manque une petite pomme sur le dessus quand même ! Et ils coûtent autour de 700€. Même HP à pigé le truc et dieu sait (tu lui demanderas) qu’on ne donnait pas cher de leur peau !

Et puis il y a Samsung, tu es parti en pleine bataille et elle finie, mais ils sont en train de tout prendre, la télé, la photo avec des appareils photo Android connectés, l’informatique, et puis la téléphonie. Le SIII, le Note II, c’est une tuerie… j’ai testé l’appareil photo du note en mode rafale et mon iPhone 5 dans un gymnase, sur une scène d’action. Désolé, mais c’est sans comparaison, l’iphone a à peine déclenché que le Note m’a fait une série rafale, nette et précise.

Je te parle pas du marché de la tablette, les prix se pètent la gueule et dans la gamme du 7 pouces, y’a largement le choix, Acer Nexus, Kindle, même des trucs pour bon le téléachat (tu connais Pierre Bellmarre ? Patiente, il est sur la liste aussi ! te laisse pas embobiner)

Justement Android, avant je rigolais, je disais aux gens qu’il fallait faire “menu>démarrer>programme>navigation>gps” pour accéder à une apps ! la blague ! Bah c’est plus le cas, maintenant ça ressemble à tes OS. On retrouve quasiment toutes les apps qu’il y a sur iTunes, et eux sont restés Google Maps (off course), et même Google Now, qui te prévient qu’il y a des bouchons pour que tu partes plus tôt que prévu pour arriver malgré tout à temps. Tu es d’accord avec moi, ça tue ! Pardon, c’était pas drôle.

Ici les gens sont inquiets, on ne va pas attendre l’iphone 17, l’ipad mini Retina III ou je ne sais quoi pour avoir un produit qui nous fait rêver, on va finir par juste aller voir ailleurs. Les autres le font, et nous attendons tous qu’Apple le fasse. Mais tu n’es plus là, c’est peut-être ça le problème, tu as laissé à tes seconds, le rêve du cloud, alors qu’on rêve d’avoir des yeux communicants. Ils ont décliné le rêve dans toutes les tailles, mais pas le prix, comment un téléphone, une tablette et un ordinateur peuvent être si proche en prix, chez toi, c’est devenu “tout à 800€” quand c’est pas 1000€.
Ton absence est cruelle, toi qui nous a tant fait rêver, toi qui nous a projeté dans le nouveau siècle avec l’ordinateur personnel et tout ce qui en a découlé. Tu le sais j’ai toujours été là, j’ai même eu un Newton

Alors désolé de te déranger alors que tu dois t’éclater avec Cher, (quoi elle aussi elle est pas encore là ?!) mais ce serait bien que les graines que tu as semé germent enfin, je ne te parle même pas de ce qu’il se passe en Chine dans tes usines, demande à Mao, il est là lui et il va t’éclairer. Mais j’ai peur que ces graines germent ailleurs. Tu nous as inspiré et fait rêver, mais ceux qui font rouler la pomme n’ont pas ton ambition, ta vision du monde, ton sens du rêve, c’est ceux que tu as inspiré par tes produits qui risquent de tuer ton entreprise, tels des Brutus tuant le père, j’attends vraiment que quelqu’un vienne renverser la vapeur, soit un acteur supplémentaire dans le Truel (mot que j’ai inventé, c’est un duel à Trois) entre Google, Microsoft et Apple. Et surtout je voulais tellement que tu gagnes. Alors si tu pouvais apparaître en rêve, en hologramme (oui tu sais qu’on aimerait ça aussi sur nos mobiles) ou même en cauchemar à la personne responsable de ce bordel chez toi, ce serait vraiment sympa et ça nous réconcilierait avec l’idée de manger 5 fruits par jour, de préférence des pommes.

merci de ton attention, salue Gainsbourg de ma part, dis lui que lui aussi est irremplaçable et que ses enfants spirituels sont bien trop sages.

Le futur est dans ton oeil

Suite à quelques billets et réflexions sur Apple, qui au travers de son manque d’innovation, de ses casques qui pètent de plus en plus rapidement, de son iTunes 11 tout pourri (pas ergonomique etc. mais j’ai pas envie de faire encore un billet là dessus), j’ai échangé avec un ami facebook journaliste qui disait en substance : “Apple s’est endormi sur son iphone et va rater le futur, en misant sur le cloud, plutôt que sur les lunettes, comme google.”

“Bah oui ! Grave” j’ai envie de dire… Le smartphone est devenu le point central de notre vie, il nous donne l’heure nous connecte à nos amis, il joue notre musique, nous lit des films, nous guide sur la route ou en ville, bref, on y est tout le temps scotché. Et c’est un peu le problème. Certaines vidéos de ces dernières années parodiaient le comportement des utilisateurs de smartphone qui ont le nez collé à leur écran. Et c’est vrai que c’est chiant, ça fait mal au cou :)
Alors il faut déporter l’écran. Évident quand on le dit comme ça. Les montres connectables à un smartphone se multiplient, mais bon, se scotcher à son poignet, c’est pas pratique non plus !
Alors la “lunette” ou la lentille puisque des prototypes semblent déjà exister. That’s a fucking revolution. Bon pour l’instant le look n’est pas très au point, mais c’est aussi une question d’habitude, si on en avait tous, ça paraitrait moins incongru :) (ouais c’est gratos je sais, mais on peut s’amuser un peu, j’aime beaucoup Loic.)
Oui, là on touche quelque chose de futuriste, de pratique, de révolutionnaire. Alors peut-être que Google n’est pas seul sur le coup, mais ils sont les seuls à avoir communiqué. Couplé à Google Now qui est de plus en plus intelligent et aux autres services, on arrive à un truc génial, resterait plus qu’à le contrôler par la pensée, et c’est un second cerveau qu’on va se poser sur le nez…

ça, ça me laisse rêveur…

En 2012 je fais ce que je veux !

Quelle année, encore ! Et comme elle touche à sa fin (du monde), un petit post pour faire le bilan, purement subjectif, pardon si j’en oublie.

En 2012, j’ai cassé plus que casque d’Iphone que les années précédentes, j’ai acheté un ipad et un iphone et je commence à me lasser du manque d’innovation de la pomme, par rapport au trou qu’elle laisse dans mon portefeuille. Etre fan, ce n’est pas être con, et j’ai le sentiment que je ne suis pas le seul à avoir cette impression, que chez les concurrents on se sort les doigts pour être vraiment révolutionnaire.

En 2012 j’ai crowdfundé, et je pense que je vais recevoir la plupart de mes achats en 2013… le crowdfunding, ça déchire, mais c’est lent. C’est tellement lent que le temps que je reçoive ma “Bobine” (nom de la bête), qui est un cable rigide pour iPhone, on était passé à l’iPhone et sa nouvelle connectique. Monde de merde (George Abitbol)

En 2012 j’ai fait 2 ou 3 sites internet à coté de mon travail. Notamment celui de mon club de Kun Khmer, l’ancêtre Cambodgien de la boxe pied poing et celui du Borei Bokator Kampot un centre de Bokator (l’art martial ancestral cambodgien) à vocation humanitaire. Dans ce registre “boxe”, j’ai aussi participé à ma première compétition, grosse préparation physique et mentale pour en prendre plein le pif, je ferais mieux en 2013.

Transition toute trouvée, j’ai également suivi, mes “maîtres” dans leurs combats en classe B, vibrant à leurs cotés, et franchement, ce n’est pas toujours plus facile d’être au bord du ring avec l’appareil photo quand on voit des gens qu’on aime, prendre des coups. Photo et boxe, nous avons initié un nouveau projet en réalisant la moitié d’un livre sur les techniques de Bokator, car le sport est peu documenté. J’ai plié mon D7000, l’autre moitié sera donc en 2013.

En 2012 j’ai ri. Notamment à l’excellent spectacle de Yonathan

En 2012, j’ai halluciné sur les courts métrages de mes amis du sud est asiatique, cette jeune génération promet par son ambition et son envie de changer leur pays et leur vie.

En 2012 j’ai monté une boite avec mon ancien patron et copain depuis des années, une aventure folle dans le domaine des objets communicants qui démarre avec le proto baptisé Oscar

En 2012 nous avons fait quelques belles opérations avec mes clients préférés (ils se reconnaitront, je ne bosse plus qu’avec eux) et encore quelques super déplacement qui donnent envie de s’établir ailleurs.

En 2012 je me suis lancé en parallèle dans une autre aventure, complètement folle avec un ami de longue date, un artiste à mon sens et un de mes préférés, sur une marque : Le Barbu. Une marque décalée, urbaine/street mais pas “banlieue”, une marque “unusual” dont les premiers résultats de vente sont très encourageant, attention ça va être la marque à suivre sur le web en 2013 avec une stratégie de lancement et de communication originale, grandement basée sur Instagram.

En 2012, c’était l’aventure, et pour 2013 le meilleur reste à venir ! Bonnes fêtes à tous :)

 

 

 

J’ai jamais autant acheté sur internet

Avec le lancement de notre nouveau projet de société d’objets connectés pour les professionnels, j’achète en ce moment des kilos de trucs sur internet. En France, en Chine, en Espagne, en Allemagne, et figurez-vous que j’ai de très bonnes surprises.

Ma première conclusion de tous ces achats, c’est que quelle soit la taille du marchand, j’ai globalement été satisfait de l’achat, du prix, et du délai de livraison.

Ma seconde conclusion, c’est que tous ces gens, grandes entreprises ou petites PME, répondent aux mails. J’ai connu pas mal de soucis, des adresses paypal en conflit avec l’adresse de livraison, des colis qui mettent 1 jour à faire Hong Kong – Dusseldorf et 5 jours pour faire Dusseldorf-Paris… et tous ces commerçants ont été très réactifs pour m’aider.

Troisième point et là on rentre dans le vif du sujet : j’ai bien reçu ce que j’ai commandé, c’est déjà pas mal, mais parfois les produits sont défectueux. ça arrive, je peux le comprendre. Mais c’est là qu’on voit les “bons ecommerçants”, car pour certains, une fois le produit livré, c’est silence radio à mes mails, appels et relances.

Cet article n’a pas pour but d’être exhaustif mais de partager quelques évidences sur l’achat en ligne :
– on peut acheter n’importe où la taille de la société n’a pas d’importance
– globalement les paiements sont sécurisés, et plus le commerçant est petit, plus on a de chance de passer par paypal ce qui est une bonne garantie
– le SAV dépend du sérieux du commerçant et uniquement de ça.
– l’expérience d’achat est globalement similaire chez tout le monde, on retrouve en vrac, du magento, du prestashop, du ebay parfois (un site vitrine qui redirige sur une boutique ebay)
– Mais, enfoncement de porte ouverte oblige : Amazon c’est quand même le must, livraison 24h, one click buy, colis pas abîmés.

Ce n’est pas une surprise, mais globalement avec une cinquantaine de commande en un gros mois, beaucoup de bonnes surprises.

Ces petits commerces qui font le buzz

Retour sur les petits commerces, les commerces de proximité, ceux qui ont eu si longtemps pour seul site internet une page wanadoo. En effet aujourd’hui ils commencent à être nombreux à être dirigés par une génération pour qui internet fait partie intégrante de la communication.

J’ai déjà parlé du Camion Qui Fume, et ses 10 000 followers Twitter qui sont quasi tous clients de l’enseigne de burger mobile. Je m’arrête une seconde, oui vous avez bien lu, un camion ambulant de burger a 10k followers sur Twitter…

Ils sont de plus en plus nombreux à ouvrir leur page Facebook, leur compte Twitter et à se faire connaitre par là par les amis de leurs fans.

Souvent on a dans son réseau des locaux, des gens qui vous ressemblent, même âge, en couple, avec enfant ou pas, comme vous quoi et surtout qui habite dans le coin. Donc en tissant une relation sur Facebook avec une lieu, un commerce, en likant les photos de votre dernière chambre d’hôte, vous exposez cet endroit à la vue de vos amis, qui donc vous ressemblent. Et quand on est un commerce de quartier, même appartenant à une grande enseigne, 1 client venu sans pub, par la viralisation des réseaux sociaux, c’est un nouveau client gratuit. Et au bout de quelques temps cette masse de clients acquise gratuitement, devient un pourcentage de plus en plus important de votre clientèle.

Les réseaux sociaux ont donc bien quelque chose à amener à ces commerces du coin. Dernier énorme buzz en date, un supermarché local à Rennes et son casse-tête lancé sur Facebook qui a touché plus de 300 000 personnes qui ont commentés…

Donc oui, on peut être local, on peut être un petit chocolatier et investir les médias sociaux, être une chambre d’hôte et entretenir sa clientèle par Facebook, cultiver plus de 4000 clients de son camping sur sa page fan.

Après la vrai question c’est comment animer et activer cette communauté sans y perdre trop temps et en y trouvant son ROI, ça on y reviendra !