Comment trop d’information uniformise l’information

C’est une dérive de l’information d’aujourd’hui, elle existe en quantité colossale. Des dizaines d’heures de vidéos uploadées chaque minute sur Youtube, des milliards de photos sur Facebook, des millions de Twitts par minutes, et malgré tout ce sont les mêmes infos que l’ont retrouve partout, décryptage.

Si vous lisez des blogs, des sites d’informations, des médias, si vous êtes abonnés à des chaines Youtube, vous l’avez surement remarqué, dans les domaines qui vous intéresse, tous ces médias ont les mêmes informations. Le même jour, tout le monde poste la même vidéo “qui cartonne”, le même artiste pour le même projet qu’il vient de publier, la même “image forte” de la télévision, le même évènement sportif. L’effet s’accentue bien sûr à cause de la multiplication des supports, plus vous suivez de médias (je mets tout dans le même sac), plus les mêmes informations remontent.

Il y a plusieurs raisons à cela :

- faire du trafic en est une. Par exemple, diffuser comme tout le monde les pubs du superbowl va vous amener du trafic (donc de la valeur à votre média)
– le manque de connaissance en recherche d’information : nombre de supports sont unipersonnels, et reprennent ce qu’ils curent sur des sites américains (ou français ou autre), bref, ils ont tous les mêmes sources.
– la non professionnalisation : il y a tant de rédactions bénévoles et de rédacteurs exploités qu’on ne peut pas attendre d’eux des réflexes professionnels dispensés dans des écoles de journalisme, où l’on apprend (en plus de la notion de vérification d’info), ce qu’on appelle l’ANGLE. Prenez les quotidiens nationaux, en plus de leur orientation politique, ils vont choisir une façon de traiter le sujet. Difficile d’être original pour annoncer la sortie d’un iPhone, ou le dernier but de Zlatan ? Faux, c’est un métier, ou tout du moins, c’est une question d’imagination et du temps de travail qu’on y consacre.
la recherche de différenciation est longue et chiante. C’est vrai, c’est bien plus simple de prendre la home de Deezer comme seule source de nouveautés musicales, que de se faire chier à trouver une station de radio pas trop mainstream ou de faire les petites salles de concert.
la noyade : quand tant de médias font l’apologie d’une seule information, les autres sont clairement lésées et d’autant plus noyées, non plus par la masse d’information, mais par l’hégémonie de quelques unes.

Sites de curation, algorithmes qui mettent en avant les infos les plus partagées, tout cela contribue de plus en plus à un message unique, à l’enfouissement de l’underground sous des kilos de merde (merde =  lolcats et autres fails),  à la reprise des ces informations sur des sites de plus en plus similaires, qui vont jusqu’à uniformiser leur design “parce que c’est la tendance”. Polluée par la pub, les sponsorings et l’intrusion des marques qui font passer leurs pubs pour de l’info (ou des exploits comme redbull), l’information se perd.

Le problème ce ne sont pas les marques qui jouent intelligemment ce jeu, et qui enfin amènent quelque chose de différent que “lave plus blanc que blanc”, c’est les consommateurs, qui consomment l’information, l’art, les messages pub et les lolcats au même niveau : en les consommant sans esprit critique, sans envie d’en savoir plus et surtout sans envie de savoir ou de voir autre chose.

Et de l’autre coté, ce phénomène a aussi son bon coté, quand une chose qui vaut le coup, vraiment le coup, de sortir et de faire le tour du monde, sort, elle sort pour de bon, et pour les artistes, les activistes positifs, les ONG, ça, c’est magique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>