Communication : comment approcher un blogueur ?

Mon copain Stéphane a bien répondu à cette question et sur les blogs il en été souvent question, alors je m’interroge, au bout de 5 ans, les communiquants n’ont toujours rien compris ? Même Thomas dans sa dernière vidéo revenait dessus !

On leur a dit : “faut pas faire de la lèche de faux cul”, “faut pas nous prendre pour des cons” etc.

Et pourtant je continue de recevoir ces mails de merde, rien à voir avec le contenu de mon blog, avec toutes les mauvaises techniques d’approches…

Je travaille depuis quelques années dans ce métier et quand je vois ça, ça me hérisse le poil. Manifestement Shoppydoo n’a pas la bonne approche (ou agence) et fait toutes les fautes, en parlant d’un blog sur lequel j’ai publié 2 billets en 6 mois…

Voici ce que j’ai reçu (avec mes commentaires):

Bonjour,
Je vous contacte depuis les comparateurs de prix www.shoppydoo.fr et www.infoprix.fr. (depuis ? ils t’ont coincé ? qui t’as traduit ça ?)
J’ai trouvé le contenu de votre blog particulièrement varié et original, et j’ai vu il ne procure pas encore d’informations concernant l’achat des produits mentionnés. (merci c’est vrai, 2 posts en 6 mois, presque 3000 visiteurs uniques, un truc de ouf, en même temps t’as pas du voir mes  programmes d’affil si t’as pas été sur mon blog…)
Nous avons différents types de partenariat qui permettraient à vos utilisateurs de voir directement les meilleurs prix du web pour les produits décrits ou mentionnés.
L’intégration technique est simple, et la liste des produits affichés peut être très complète ou très spécifique, par exemple avec une simple bannière affichant quelques produits séléctionnés.
Ce serait clairement un avantage pour vos utilisateurs, ajoutant à la qualité du contenu et générant plus de traffic, en plus d’être une source de revenu supplémentaire! Nous basons tous nos partenariat sur le principe du partage du revenu. (un avantage de ouf, en plus c’est complètement nouveau, et puis mettre un lien vers un marchand, c’est vrai que ça ajoute au contenu… mais pas en crédibilité…, générer du trafic supplémentaire ? en publiant un lien vers chez toi, y’a des gens qui vont venir chez moi ? ah bon…)
Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à voir la présentation PPT ci-jointe, ou à me contacter.
Je reste bien entendu à votre disposition.
Merci beaucoup et j’espère à bientôt!
Cordialement,
Louis

Sorry Louis (si ce n’est pas un pseudo) mais je ne fais pas tous ces trucs mais si tu veux interesser les autres, il va falloir changer d’approche, envoie moi un mail, c’est l’activité de mon employeur :)

Castorama peut-il se réinventer comme Décathlon ?

Attention, on accroche sa ceinture, je vous explique… Décathlon, est une des grandes marques à avoir évolué dans son image. Avec une approche nouvelle en offrant des produits de qualité de marque de distributeur en guise de premiers prix. Ces marques ce sont quechua, wed’ze etc. Des cellules indépendantes très axées R&D dont la mission est de créer des produits bon marché et innovants pour créer le besoin d’une certaine façon. Vous avez une tente ? Si demain vous devez en acheter une vous aller voir chez Décathlon celle qui s’ouvre en la jetant ? Bah voilà.

Donc bravo décat’ etc. Depuis quelques semaines je vois des publicité pour Castorama. Après avoir communiqué massivement en télévision autour d’une cible féminine, la marque revient avec une campagne qui présente des produits faciles à poser seul.

Ma réfléxion est la suivante, dans quelle mesure Castorama devrait (ou est en train) créer des nouvelles colles, des nouveaux carrelages, des nouveaux parquets, pour distribuer de façon exclusive des produits de qualité, conçus pour pouvoir être posé par n’importe qui (même avec deux mains gauches ?) pour aller juqu’au bout de leur concept: castorama, c’est castoche.

Et toi, tu manges quoi au petit dej ?

Monday’s musique dans mon iPod

Petit post du lundi pour partager avec vous mes achats de la semaine

Ten – Pearl Jam, un classique “must have” que je n’avais pas (ou plus) en numérique

Come and get it- Eli Paperboy Reed – à écouter d’urgence, de la soul belle, enjouée, profonde, avec une voix d’enfer

Envoi- Absynthe Minded, une petite rythmique accoustique bien sympa, pour un bon premier single

No way but the hard way – Airbourne, ça sent le AC-DC mais ça n’est pas eux, bon gros riffs, voix aiguisées, Airbourne va vous bluffer !

Nick Kershaw, pour deux vieux titres, Wouldn’t it be good et The Riddle pour se souvenir des années 80’s

La FIFA sait où trouver les fans de foot : chez Zahia et Julien !

Chez Adrider, il nous arrive de proposer à nos clients du recrutement par cooptation, c’est à dire d’aller sur des pages en affinité et poster des commentaires. Quelle ne fut pas ma suprise en regardant l’activité de la fameuse Zahia quand je suis tombé sur tout ça.

Zahia a défrayé la chronique mais si la presse respecte les droits des gens (diffamation et injure) ce n’est pas le cas de Facebook où les bloagues de comptoirs fusent et restent.

Capture d’écran 2010-05-11 à 10.00.35

Ce qui est amusant ce sont les commentaires sous les photos. Chez adrider nous effectuons pour nos clients ce que nous appelons du recrutement par cooptation. C’est à dire que nous allons chercher des “fans” sur des pages en affinité avec le sujet de nos clients. Le community manager de la FIFA, sait où trouver les fans de foot…

La FIFA sait tellement où trouver les fans de Foot que la semaine dernière un nouveau phénomène nait. Julien, concurrent de l’amour est aveugle fait trembler la France, un Dom Juan psychopathe laché dans le noir au milieu de ses prois. Le garçon ne met même pas 24h à devenir culte.

Capture d’écran 2010-05-10 à 11.30.14

Et là aussi, on retrouve la Fifa :)

Le spam arrive sur Facebook, a sa façon…

Ah le spam… beaucoup en parlent, peu savent d’où vient le terme, mais surtout ça fait chier tout le monde… Qui dit nouveaux médias, dit nouveaux spammeurs et Facebook ne déroge pas à la règle.

La dernière mode rappelle le fameux “clic de validation”. Le “CDV”, c’est un clic acheté par des annonceurs qui veulent faire croire qu’ils ont beaucoup de trafic. Ils achètent alors des bannière sur des sites, bannières que le site oblige à cliquer, par exemple sur les lotteries en ligne, où pour valider votre grille vous devez cliquer sur une bannière “partenaire”…

Et bien sur Facebook on vous fait un peu la même ! Tu veux voir le SMS entre Machin et Truc, bah devient fan, tu veux voir la dernière illusion d’optique trop cool ? bah devient fan !

Des centaines de milliers de gens se font avoir, pour rien, et restent dans des groupes sans intérêts, des poubelles. Alors ne vous faites pas avoir ;)

Marketing d’influence : la preuve par l’exemple

Chez Adrider nous avons pour client de nombreuses destinations touristiques où nous envoyons des blogueurs qui en fonction de leur thématique partent à la découverte de la gastronomie, l’écologie, les activités de loisirs, le patrimoine etc. de ces territoires.

J’ai pu encadré un week-end à Brive en compagnie de Violette, Cécile, Camille, David et Cédric. Différentes typologies de blogueurs avec plusieurs points communs :
– leur lectorat correspond à la cible de consommateurs visée par Brive (parisien, urbains, week-enders, -4h de voiture de Brive)
– ils ont tous une sphère d’influence et une audience massive qui en font des référents sur leur thématique

Alors ça sert à quoi tout ça ?

– En interne, auprès des Présidents et des habitants, l’Office de Tourisme peu montrer ses actions, mettre en valeur les opérateurs locaux, avoir de la presse régionale qui rapporte ces activités et la venue des ces illustres hôtes.
– En externe, auprès du grand public, cela permet de créer du contenu et de la recommandation, les blogueurs apportent ainsi une caution, ils sont des “super-testeurs” et leur avis influence leurs lecteurs, potentiels vacanciers pour Brive.

Alors ça donne quoi ?

ça donne des contenus de qualité, bien écrit, drôles, bien décrits, avec de belles photos etc. Une activité qui commence par tout un tas de Twitt, statuts Facebook et bribes d’articles durant les visites et qui se termine par un grand compte rendu sur leurs blogs touchant ainsi à eux 5, plus de 300 000 lecteurs !

en photo : Le directeur de l’office de Tourisme de Brive et des blogueurs prêts pour une dégustation aveugle dans le village du Saillant

Stromae , une nouvelle génération d’artiste

On parle beaucoup de la mort du disque, qu’internet tue la musique et autres conneries, il faut bien l’avouer quand les rapports gouvernementaux sont réalisés par des PDG de société qui doivent vendre des CD pour exister et que les majors tentent de verrouiller le marché plutôt que de reprendre à la loyale leur position de leader, l’avenir des “maisons de disque” et des artistes va devoir prendre un bon coup de pied au cul, après avoir pris une bonne claque (merci Napster !)

Tout ça pour vous parler la lettre de Virginie qui présente ce qu’on peut appeler “une nouvelle race d’artiste”. Internet, les mp3 ont changé la donne, et le public a changé lui aussi et a d’autres attentes vis à vis des artistes et ça Stromae (maestro en verlans) l’a bien compris.

Alors Stromae c’est ça :

et pourquoi c’est une nouvelle génération d’artiste ? Parce que Stromae est en contact avec ses fans, qu’il communique sur lui au quotidien sur son blog, son Facebook ou son compte Twitter et que pour se faire identifier il a donné des cours de musique électronique sur internet :

Stromae utilise les médias sociaux et a même sa page Wikipedia !

A écouter en interview :

Stromae est donc présent sur internet, il se gère comme une marque, échange avec ses fans, publie du contenu, fait du buzz et en plus… il fait de la musique :) Pas étonnant qu’avec ses différentes vidéos, le Belge soit aussi connu et cannibalise les charts depuis plusieurs semaines, bien joué, bien fait, mérité !

I can’t join a real facebook person ! HELP !

Here it is, one of my unique post in english in this blog, hoping it will be read by the right person…

I need to contact someone from the copyright department to help me.

My client is the Ministry of Bahamas in Europe.

My client has a Fan Page in the USA with it’s vanity url.  BUT, the French page (and all the european pages) can’t have it’s vanity URL, it seems Facebook has blocked the use of the word BAHAMAS in a vanity URL. I’ve tried all the forms on the Facebook‘s site, try to twitt etc. but has no answer… Someone have a phone number of someone in facebook’s office in the USA ? please mail me

Communiquer sur les réseaux sociaux : rester transparent

Petite anecdote du jour qui arrive chez Gonzague, alors qu’il parle d’une opération pour BMW et la sortie de la nouvelle série 5, un commentateur se félicite du nouveau site de l’opération.

Un commentaire qui aurait pu être anodin si le commentateur n’était pas issu de l’agence qui a réalisé le site… Un commentaire qui aurait pu rester anodin si le commentateur de l’agence n’avait pas envoyé le commentaire depuis une IP du boulot…

On en revient à ce qu’on dit souvent chez Adrider, quand vous êtes une marque, il faut être transparent dans la communication et ne pas essayer de faire passer des vessies pour des lanternes. Une leçon qui va avoir un prix pour Chewing Com’ avec un bon coup dans son ref nat à prévoir…

Numérique trop cher ?

Avec l’avènement de la dématérialisation et donc de la vente directe de MP3 (ou formats proprio du même genre), le prix de la musique n’aurait-il pas du baisser ? Le Monde propose son edition iPhone à 15€/mois est-ce le juste prix ?

“Le prix juste est celui que le consommateur est prêt à payer”. Sur iTunes, les gens sont prêts à payer jusqu’à 12€ (ou 14€) pour une edition “spéciale” d’un album. 9,90 pour un album normal. C’est quasiment le prix d’un CD !

Le Monde cherche son modèle payant et propose une offre à 15€ pour avoir le journal tous les matins en numérique dans son iPhone. Cela fait 50cts, l’édition numérique, alors que les éditions numériques de 20 minutes sont gratuites !

Alors voilà, presse, photographique, musique, tout se dématérialise et pourtant les prix sont les mêmes alors qu’un maillon saute… le consommateur paye-t-il trop cher le numérique ? Surement…

Facebook authentifie les propriétaires de pages

De la même façon que les URL ont connu ce qu’on appelle en français le domain squatting Facebook est victime d’une phénomène similaire, puisque les internautes ont crée des pages avec des noms de marques.

Pour pallier au phénomène Facebook a proposé aux annonceurs de récupérer leurs pages. Mais il y a quelques semaines, je reçois quelques mails de Facebook me demandant le lien que j’ai avec les marques dont je suis administrateur de pages. C’est mon travail, créer, et développer des stratégies de contenus sur les médias sociaux, mes clients me demandent de créer des pages et de les faire animer. Ainsi je suis administrateur d’un certain nombre de pages appartenant à des marques ou des insitutions. J’ai donc répondu à Facebook en qualifiant ma légitimité. Depuis pas de signe de vie. Le bon point c’est qu’ils ne m’ont pas viré…

Et l’autre jour en surfant sur Facebook, je me retrouve sur une page sur laquelle je trouve ce macaron :

fbauth

Jamais vu avant, j’ai fait quelques recherches et je ne l’ai pas retrouvé ailleurs. Car c’est bien là le problème, savoir qui est derrière une page surtout pour une marque ou une personnalité. Par exemple quelle est la page officielle de Gad ? A priori celle qui a le plus de fans ? Mwai… pas forcément… Pourquoi c’est important ?Parce qu’il faut que les messages officiels soient identifiés comme tels dans ce qu’on appelle “l’information” et aussi parce que si un jour Gad (que j’appelle Gad, mais que je ne connais évidemment pas) décide de vendre ses tickets ou ses DVD via Facebook, il faut bien qu’on identifie le vrai du faux… Parce que si un abruti petit malin s’amuse à créer la page d’une personnalité et lui prête des propos douteux le public ne fera pas la différence.

Capture d’écran 2010-03-17 à 09.09.30

Bon supputons que c’est la première page la bonne. Mais pour le profil ?

Capture d’écran 2010-03-17 à 09.09.46

Alors là fastoche, c’est celui là le bon, on a 5 amis en commun… bon ok… j’en sais rien.. d’où tout le problème d’authetifier les sources d’informations. J’y reviens encore mais ça me parait tellement important ne serait-ce que pour gérer correctement son e-réputation.

Facebook : fric à tout prix ?

Plus le temps avance et plus Facebook, qui doit toujours trouver son business model, est en train de vérouiller les choses. En effet, les conditions d’utilisations de Facebook restreignent de plus en plus les possibilités de travailler sur Facebook sans by passer Facebook.

Parfois on se demande ce qui passe dans la tête des gens… Facebook interdit la possibilité de faire un mailing sur une base client pour les amener à devenir Fan. Alors oui c’est pas con, ça oblige les marques à passer par la régie Facebook pour avoir des fans. Là où c’est un complètement con, un peu bête, c’est que du coup, une marque qui aurait 6 millions de clients, ne peut pas leur faire un mailing pour les envoyer sur Facebook, donc la marque doit refaire tout son chemin d’acquisition en crachant dans le bassinet sur réseau… Vu d’ici ça ressemble à un braquage…

Imaginez, la notoriété de Facebook atteint de tels sommets que les marques sont presques obligée de faire de la pub ou du marketing communautaire sur Facebook. Mais le site interdit aux marques d’utiliser leur clientèle si durement acquise. Le site interdit l’utilisation des logos et boutons dans la communication (alors qu’ils fournissent des outils de recrutement distant comme le widget). Le site interdit également aux marques de faire des concours avec le système des Like. Bah oui, si vous voulez recruter : pub sur Facebook. Bah oui, si vous voulez faire un concours, faut contacter Facebook etc.

Alors qu’en restant “open source”, le site pourrait continuer son ascension, récupérer les bases importantes des clients des marques, qui de toute façon passent à un moment par leur système de pub car si Facebook est un bon outil de fidélisation, l’intérêt suprême c’est d’amener ses clients sur sa page pour qu’ils soient les ambassadeurs de la marque auprès des nouveaux prospects qui eux arrivent soit par cooptation, soit par publicité.

En pratique, tout le monde se fout des guidelines de Facebook et y fait sa petite tambouille, ses petits emails, ses petits concours, mais jusqu’à quand et Facebook a-t-il intérêt à faire machine arrière ?

Damien Saez le dernier héros ?

J’avais l’âge d’aimer ses premières chansons, Jeune et Con ou Sauver cette étoile. Puis je l’ai vu en concert, et je me suis rendu compte que j’étais déjà bien plus vieux que son public de teenager, déçu par son attitude sur scène à faire des doigts d’honneur à la vie, je l’avais catégorisé dans les rebelles pour teenagers.

Puis un matin d’avril 2002, un goût amer dans la bouche, c’est Fils de France qui me touche, un hymne fabuleux, pondu en quelques heures déferle sur le net et les radios avec un leitmotiv “fils de France, enfants de la résistance”.

Puis le poëte maudit est reparti dans ces délires que je n’ai pas suivi.

Mars 2010. L’affiche du nouvel album de Saez est censurée pour sa sortie, le jour de la fête de la femme. Une injustice qui fait buzzer le chanteur, qui affirme que pour vendre du Danone ce genre d’affiche est autorisée. Son premier single, gratuit sur le web, s’intitule J’accuse, référence à l’illustre Zola. Une haute référence qui peut faire sourire mais qui soutient parfaitement les points de vue du jeune homme.

Si on devait résumer les paroles de cette chanson (dont la musique ressemble quand même beaucoup à l’homme pressé de Noir Des’) c’est un brulot anti-sarkoland, anti société de consommation avec de belles phrases bien senties qui toucheront encore les teens mais pas que. “L’homme ne descend pas du singe, il descend surement du mouton”. Derrière cette phrase amusante se déroulent toutes les aberrations d’une société que le poëte refuse, argent, connerie humaine, aseptisation de la société, tout y passe. Avec talent. ça faisait longtemps, ça fait du bien.


SAEZ J’accuse (avec paroles)
envoyé par Blooms. – Regardez la dernière sélection musicale.

Comment utiliser Facebook pour son blog ?

Quelle excellente question pour un lundi ! Que peut-on faire avec Facebook et un blog, sinon améliorer l’un avec l’autre ! Alors voici quelques idées pour utiliser Facebook pour bonifier son blog.

1. Créer une page fan
Elle doublonnera votre Flux RSS (que personne n’utilise en dehors des geeks), car vous y inclurez vos articles via l’onglet “Note” dans lesquel vous renseignerez votre flux rss. Ensuite invités vos contacts Facebook, ils recevront alors une notification sur Facebook à chaque nouvel article publié. Et vous verrez apparaître rapidement de nouveaux fans, et donc du trafic sur votre blog.

2. Faire un échange de Widget
Vous voyez le widget à droite qui vous permet de devenir fan de ma page ? Et bien il vous permet de devenir fan de ce blog sur Facebook sans quitter mon blog. Au lieu d’échanger des liens avec des blogueurs comme en 1983, il serait peut-etre temps de passer à autre chose, pourquoi ne pas échanger des widgets ? Cela vous apportera de nouveaux fans et une visibilité sur d’autres blogs, échange de bon procédé.

3. Publier vos articles sur Facebook participe au SEO
Bah oui, le gros dieu Facebook a une super propension au référencement, les notes que vous publiez sont donc indexées par Google qui pour une fois n’y voit pas de “duplicate content” (strictement prohibé par google)

4. Diffusez vos vidéos et photos
Si vous réalisez des reportages, des vidéos, des photos publiez-les sur Facebook les outils de viralisation interne au site vous aideront à faire la promo de votre travail

5. Soyez Connecté à Facebook
Implémentez Facebook Connect sur votre blog pour permettre à vos lecteurs de commenter en étant logué sur Facebook (donc sans avoir à remplir les cases “nom, mail, site”, au dessus des commentaires).

6. Partagez
Implémentez des outils comme Facebook Share, Share This, qui vous permettront de viraliser vos contenus sur Facebook via vos lecteurs qui voudont les partager

Chatroulette le phénomène “Next”

Bon maintenant que tout le monde en parle, je suis obligé de m’arrêter sur Chatroulette. Chatroulette, c’est LE phénomène du moment dont tout le monde parle.

Alors Chatroulette c’est quoi ? Spontanément, j’ai envie de dire, “c’est rien, passe ton chemin”. Mais quand “rien” fait autant de bruit, il faut s’y arrêter. Alors Chatroulette, c’est simple, c’est un chat en webcam aléatoire, on ne choisit pas sur qui on va tomber, et les interlocuteurs défilent ainsi sans moyen de les identifier ou retrouver.

Alors pourquoi ça buzz ? Parce que c’est inutile, donc indispensable. Certains s’émerveillent des prouesses technologiques du chat “tellement rapide” (sic).Parce que chatroulette est symptomatique de la génération “skip skip skipping”, on zap zap zap, parfois tellement vite…

La réalité ? Bah une fois sur 6 on voit un mec qui se masturbe, 99 fois sur 100 on se fait “nexter” dans la première seconde de connexion.

Alors ? Bah bof quoi… si, un groupe qui a fait son clip avec Chatroulette et c’est plutot cool.

Sinon ? Bah, à mettre dans les filtres de contrôle parental.

Quelles utilisations peut-on avoir des Adwords ?

Notoriété, vente, intox, quelles utilisations peut-on avoir des Adwords ?

La vente.
A mon avis la meilleure utilisation qu’on peut avoir des adwords, une longue traîne bien ficelée pour travailler des consommateurs dans l’acte d’achat et “le tour est joué” (si c’était si simple…)

Notoriété.
Alors oui, d’une certaine façon, les Adwords travaillent à la notoriété d’une marque, même sans clic, puisque les annonces s’affichent et vous placent au yeux du consommateur comme un référent. Mais bon, Facebook est moins couteux (plus chronophage) pour ce genre d’objectif.

Intox.
Faire de l’adwords c’est aussi faire passer un message au marché et aux concurrents, afficher des prix, mettre en avant des produits, se monter actif, c’est aussi une technique de destabilisation d’un concurrent qui pensera que si vous êtes sur ce créneau, il faudrait qu’il y soit aussi :)

Gagner de l’argent avec un blog, oui c’est possible

Ah je les entends les mauvaises langues qui traitent les blogueurs de vendus… mais gagner de l’argent avec son blog ce n’est pas forcément vendre son cul… Il existe tout un tas de moyens, simples, pas forcément intrusifs et pourtant rémunérateurs.

Adsense.
Simple, contextuelle, la solution de monétisation de Google présente bien des avantages et permet également d’exclure des publicités (ou annonceurs) qu’on ne voudrait pas voir sur son blog. Pas de gestion, virement automatique à partir de 100$ de gains, le format est intéressant pour le coté contextuelle et sa discretion. Pour les gains ils sont proportionnels au trafic, donc si vous êtes dans une niche… mieux vaut oublier, surtout qu’on gagne quelques centimes à peine par clic.

Affiliation.
Le grand classique, faire des liens, des bannières vers un produit sur un site marchand (Amazon, Pixmania, Missnumerique, ils sont légions à disposer de ce genre de programme). Les meilleurs sont chez Tradedoubler (Itunes/Apple notamment). Il faut souvent le gérer soit-même, mais certains (comme Amazon) sont bien faits, contextuels avec des rotations de produits. Le paiement est en général effectué à partir de 100€ de vente. En pratique, pour chaque produit vendu à un client venu de votre blog, vous touchez un % du prix de vente. Il faut donc avoir pas mal de trafic, mais les transfos permettent de toucher entre 10 et 30€ assez facilement mais pas souvent (sauf si vous avez déjà un trafic conséquent).

Post Sponsorisé
Vendu par un certains nombre d’acteurs sur le marché, il permet de gagner entre 30€ et 1000€ (ou plus) selon votre notoriété. Mais difficile d’en faire beaucoup, car votre lectorat vous le fera payer, c’est donc plus un complément.

Les vidéos sponsorisées
C’est un format très prisé, la vidéo anime le blog, les annonceurs ont en plus souvent de belles créations. Comme l’adsense, il faut avoir un sacré volume pour dégager une rémunération significative quand on est payé 0,02€ la vidéo vue.

Les liens sponsorisés
Certaines sociétés comme linklift vous propose des blogroll sponsorisée en fonction de votre thématique, le prix et la régularité varient en fonction du secteur et du potentiel. D’autres sociétés travaillent sur des liens sponsorisés en corps de texte sur les articles dits “archives” (les anciens qui ont quand même du trafic via Google).

Faire les ménages
Non il ne s’agit pas de faire LE ménage, mais plutot de faire des “à cotés”. Par exemple si vous êtes un gros blog photo, de pouvoir organiser des activités pour une marque, de faire le maitre de conférence, d’accueillir d’autres blogueurs, de vendre vos oeuvres en grande distrib’, ce que fait très bien Lâm Hua qui refuse de vendre ses supports (blogs) pour ne pas polluer ses lecteurs mais accepte de faire des missions pour des marques. (ou encore Garance Doré qui lancera sa collection chez Krys ou Big Beauty)

Vous le comprendrez donc les clefs pour gagner de l’argent avec son blog c’est d’avoir un trafic conséquent ou être bien référent dans sa niche et bien sûr de mixer les solutions de monétisations.

Comment booster le trafic d’un blog ?

Voilà une putain de bonne question…que je me suis posé ! Alors la première chose, c’est : y consacrer du temps. En effet si écrire est une partie du job, l’autre est plus dans “l’acquisition”.

1. Bloguer. En postant, on indexe des pages dans google donc les visites augmentent
2. Bloguer. Aller sur les blogs des autres et laisser des commentaires.
3. Bien placer ses liens sur des mots référents pour améliorer son référencement naturel dans le texte
4. Avoir des liens vers votre blog sur d’autres blogs (sans faire d’échange directe, ça amoindri la valeur du lien pour Google)
5. Utiliser les outils communautaires de Stribe (par exemple)
6. Utiliser le Widget Booster
7. Buvez. Aller au soirée de blogueurs, soyez identifiés.
8. Faites un peu d’Adwords (pourquoi pas…)
9. Faites vous voir sur Facebook, ayez votre page fan pour pousser votre contenu vers vos lecteurs.
10. Twittez !
11. j’ai plus d’idée, et vous, comment faites-vous ?

Gérer son e-réputation sur Facebook

Comment gérer son e-réputation sur Facebook ? D’abord qu’est-ce que ça veut dire ? Cela veut dire que lorsque vous publiez un contenu, adhérez à un groupe, votre réseau vous voit et cela conditionne l’image qu’ils ont de vous.

Le Tag qui tue
Le tag, c’est cette fonction qui permet à un ami de vous situer dans une photo, vos amis voient ainsi la photo sur votre profil. En général ce sont amis, armés de bonnes intention qui vous taguent sur une photo où vous vomissez sur une prostituée dans un bar en Hongrie quand vous aviez dit être à Deauville pour un colloque pro. Donc vos photos déguisés, en slip, en maillot de bain genre égérie Kronembourg,, vos photos d’ados sous roaccutane, et autres il faut vous en débarasser.

Les groupes qui tuent
Quand vous êtes fan de la page Nutella, c’est plutot sympa, mais après y’a les autres pages. “Les amis nudistes du cap d’agde”, “Pourquoi mes amis torchent des gosses alors que moi je me torche à la vodka”, “Jean-Marie Forever” etc. Toutes ces pages, tous ces groupes permettent encore une fois de savoir qui vous êtes, rien n’est anodin.

Les copains qui tuent.
Ceux là, ils sont sympa, ils demandent sur votre mur au yeux de tous comment était la bringue de la veille quand vous avez dit à vos collègues que vous aviez une “truc de famille”. C’est celui qui demande comment se passe le week-end en Hongrie lorsqu’on a posé un congé maladie. C’est celui qui tag bien sûr les photos. Eux aussi il faut les éduquer à ne pas marquer n’importe quoi sur votre mur

Alors c’est quoi la règle ? Pour moi la règle, c’est : “pas plus d’infos que ce que je dis à une personne que je recontre pour le première fois autour d’un repas”. Le reste c’est privé :)

Changer la sonnerie de son iPhone

Pourquoi est-ce si compliqué de changer la sonnerie de son iPhone ?! On peut naviguer sur le net, recevoir ses emails, voir des films mais changer sa sonnerie pour y mettre une chanson par exemple, est une tannée.

Je vous explique, je voulais mettre un de mes MP3 en sonnerie, ce qu’on peut faire avec n’importe quel téléphone du monde. N’importe lequel sauf l’iPhone. Pour mettre une chanson en sonnerie, il faut l’acheter. Oui vous avez bien lu. Surement pour une histoire de licence. Il faut acheter la chanson au format sonnerie soit 30 secondes imposées du morceau. Merci Steve !

Donc solution alternative : prendre un mp3, en couper 30 seconde avec itunes (clic droit sur une chanson, puis propriété, puis vous définissez les times codes et vous en faites une copie en AAC) ensuite vous retrouvez votre bout coupé, et le renommez, la tannée quoi…

Autre solution alternative Audiko tout, gratuit (merci Sandy pour l’info) : http://audiko.net/

Dirty Sexy Money

La famille Darling a une vie trépidante et c’est ce soir que la saison prend fin sur Canal +. Les Darling sont très riches, très très riches, très très très riches et leur vie oscille entre amour, arnaque, crime (mais pas botanique). Leur histoire démarre le jour où ils embauchent Nick comme avocat de la famille, pour remplacer… le père de Nick mort dans des circonstances douteuses.

Au centre des imbroglio familiaux qui auront raison de son mariage, Nick règle donc les problèmes de la famille Darlong sur un fond de déjà-vu à la Dallas.

Alors Dirty Sexy Money, c’est un peu le Desperate version JR Ewing, des gens riches qui s’ennuient, qui ont des problèmes de gens riches, qui se mentent, se trompent, se corrompent et bien sûr manipulent. Le tout sur un fond un peu niais, qui rend notre cerveau si disponible à une chaine sans pub :)

Comment construire une campagne Adwords ? (introduction)

Construire une campagne Adwords c’est d’abord comprendre le principe de la longue traine. Il faut donc comprendre que 1000000 x 1 = 1000000 de la même façon que 1×1000000 = 1000000. So far… Donc l’idée c’est d’acheter des mots clefs liés à son activité. Si par exemple je suis un site e-commerce qui vend des produits pour les geeks, disons que je me spécialise dans les appareils photos…

Donc je vais acheter des mots clefs.

Les mots clefs larges.
Alors ça c’est cher, et il faut faire attention à bien exclure les mots liés qui ne sont pas de son domaine. Par exemple si j’achète le mot “appareil”, je vais le payer cher parce qu’il est générique. Il faut donc que j’exclue ce qui n’est pas mon domaine : appareil dentaire, appareil à raclette etc. Mais là si j’arrive à exclure suffisamment pour n’avoir qu’appareil lié à la photo, je vais avoir en trafic des gens qui ne sont pas forcément dans un process d’achat mais qui cherchent des renseignements et parfois sur d’autres produits, mais je paye quand même leur clic…

Alors il faut cibler des gens qui sont en dans un process d’achat

Des associations précises
Si j’achète le mot “acheter appareil nikon D700 paris”, les gens qui vont taper se genre de requête sont dans un process d’achat. Et des requêtes de ce type je peux en construire des milliers “acquérir réflex Canon EOS 7D 18-55mm Nantes” etc.
Et plutot que de payer X€ du clic sur le mot “appareil” je vais payer bien moins sur des requetes longues et précises qui induisent que le “requêteur” est bien avancé dans son acte d’achat.

Donc pour construire une campagne j’utilise les outils fournis par Google, je réfléchis et je construis sur des requêtes proches de l’acte d’achat pour maximiser mon taux de transformation. Je mixe des requêtes plus ou moins longue et je mise sur mes camapgnes qui performent le mieux.

PS : n’achetez pas une méthode qui vous explique comment faire, nombre de blogs offres des conseils et des astuces en plus du centre de documentation de google.

Tant qu’il y a de l’adwords y’a de la vente !

Dans la série “gagner de l’argent sur internet“, une question qui revient souvent : comment se faire connaitre et comment vendre ?

CPC, CPL, CPA, CPM, Articles sponsos, les moyens sont nombreux et pas offerts à toutes les bourses. Alors je vais parler ici d’Adwords.

Adwords, c’est la solution de publicité contextuelle de Google. En clair, Adwords vous permet d’être dans les résultats Google mais aussi sur des sites ayant mis des pubs google (adwords pour la recherche et adwords pour le contenu). Si vous vendez du gazon par exemple, vous pourrez vous placer sur les recherches “gazon” de google mais aussi sur des articles dans des sites qui contiennent le mot gazon (vous pouvez bien sûr exclure des associations de mot, ce qui vous évitera de payer un clic quand quelqu’un recherche “brouter gazon” pas très classe mais au moins c’est dit.)

Le principe est donc simple : j’achète des mots clefs, je définie un prix au clic que je suis prêt à payer et je défini mon budget quotidien. Donc l’équation est super simple : (prix de vente – prix du produit) – investissement = marge brute

Donc si je vends mon gazon par kilos, à 13€ le kilo (je ne connais pas du tout le prix du gazon), j’ai 6 euros de frais (matière, livraison, stockage et je ne sais quoi). Mon kilo me revient à 7€. Donc je peux faire de la pub tant que je suis à un seuil de rentabilité. Par exemple si faire de la pub me coute 6€ du kilo vendu, ma marge nette a du péter… Donc mettons que mon cout d’acquisition est de 2€.

Mon cout d’acquisition, c’est le prix que me coute un prospect qui devient client. Combien ça me coute de trouver un type et de lui vendre mon truc, bah ça coute ton cout d’acquisition qui se définit avec un savant calcul de marge :)

Donc je sais que via Adwords chaque client qui achète (donc X% de ceux qui cliquent sur mon annonce), me permet de gagner 5€ sur ma vente. Donc il faut que je définisse mon cout d’acquisition en fonction de cela : X€ investits généèrent X clics qui génèrent X vente. Donc que la somme de mes ventes soit rentable par rapport à l’investissement global.

Une fois que j’ai ça, c’est un peu comme un miracle : je mets de l’argent en adwords pour des pubs, j’ai des clics, qui deviennent des ventes. Plus j’investis, plus j’ai de clics, plus j’ai de ventes, plus je gagne d’argent.

Comment on fait une campagne Adwords ? Avec sa tête, deux ou trois outils et un dictionnaire des synonymes mais ça fera l’objet d’un article en entier :) (et puis un jour on parlera du tracking et du cas où vous ne vendez rien !)

spéciale dédicasse à un lecteur qui se reconnaitra, tu as aussi le droit de laisser des commentaires pour dire si ça marche :)

Deezer a-t-il tueR la critique musique ?

Deezer, Spotify, Pandora avant eux ont-ils tués le métier de “rock critique” ? Avant, quand on voulait savoir si un album était bien, on lisait une critique mais maintenant ?

Bah maintenant quand on veut savoir si un album est bien, on l’écoute ! J’ai toujours dit “je paye la musique pas les films”. En effet la musique je peux savoir si elle est bien avant de l’acheter, mais un film ? Un film non, évidemment. Du coup, pour se faire un avis la meilleure solution reste soi-même et c’est ce qu’on amené les sites de diffusion de musique, la possibilité de se faire un avis mais aussi d’écouter 120000000 de fois un album avant de se décider, ou non, à l’acheter.

Alors l’album est mort, la critique aussi, quels vont être les métiers de la musique de demain ?

Foursquare le réseau social du futur

“Quel sera le prochain réseau social ?” Voici une question que j’entends beaucoup, à mon sens (et depuis le temps qu’on nous dit que l’avenir c’es t le web mobile) c’est peut-être Foursquare.

Foursquare c’est un mix entre un monopoly géant, un camp de scout et un moteur de recommandation.

Foursquare c’est avant tout une application pour téléphone portable. Le principe est simple, quand vous arrivez quelque part vous faites le “check-in”. Si vous êtes la personne à aller le plus de fois à cet endroit, vous en devenez le Maire. Fastoche quand c’est chez vous, plus dur pour la Gare de Lyon ou un resto connu. Pour chaque endroit vous pouvez ajouter un commentaire donc commenter le lieu. Plus vous découvrez d’endroits (premier à le signaler sur Foursquare) plus vous gagnez des galons d’aventuriers et autres badges façon scout.

Là où Foursquare devient ludique, c’est que Foursquare alerte vos amis (vos contacts qui ont également Foursquare mais pas que) quand vous arrivez quelque part, vous pouvez également publier votre position sur Twitter et Facebook. Du coup on prend un malin plaisir à échanger sur un resto, à vouloir prendre la place de Maire d’un ami etc.

Là où Foursquare atteint une première limite à mon sens c’est au niveau du réseau. Je me suis vite rendu compte qu’à ce petit jeu, je venais de renseigner mon adresse perso, celle de mes parents, l’heure à laquelle j’arrive au travail, les clients que je vais voir etc.

Cela ne me posait pas de problème car sur Foursquare, je n’ai que des amis, les vrais, enfin ceux qui savent déjà où j’habite, où habitent mes parents, où je mange etc. Sur Facebook je peux gérer des listes pour publier des choses pour mes amis et pour mes “contacts (ceux qui ne sont pas vraiment des amis ou de la famille) mais pas sur Foursquare. Alors quel avenir pour Foursquare ? Dois-je refuser les gens que je ne connais pas “vraiment” ou alors limiter mes “check-ins” ? Cela perdrait forcément de son intérêt… Je suis curieux de voir comment les gens vont gérer sans se retrouver à “pointer” vis à vis de clients, collègues ou connaissances…

Comment gagner de l’argent sur internet ?

C’est une question qui revient souvent “Nicolas, comment on fait pour gagner de l’argent sur internet ?!”. Il y a autant de réponses a cette question qu’à la question ” comment on fait pour gagner de l’argent ?”… En général la question concerne un complément de revenu.

Bon il existe des façons de gagner de l’argent sur le web. Je vais tout de suite mettre de coté :

– la “million dollar idea” (l’idée qui rapporte un million tout de suite, y’en une tous les 5 ans…)
– les jeux en ligne (casino, poker etc.)
– la vente de drogue, enfants ou organes (je ne connais pas bien ces secteurs)

1. Faire un blog
C’est une bonne idée, il faut bien maitriser son sujet (sinon, on écrit de la merde et personne ne la lit) et surtout être patient car à moins de 50 000 visiteurs uniques mensuels (et parfois pas moins de 150 000 dans certains secteurs) on ne peut pas monétiser. Et pour arriver à ce chiffre, soit on est un super expert qui a déjà une communauté, soit on attend patiemment 3 ans en postant au moins chaque jour (j’exagère mais c’est la solution qui nécessite le plus d’investissement en temps).Pour gagner quoi ? 2000€ au mieux et au black de préférence. (j’exagère, mais pas tant que ça)

2. Vendre un truc
Se positionner sur ebay, ce qui permet de ne pas avoir de site internet et d’avoir déjà un trafic naturel, et vendre un truc. Vendre un truc qu’on fabrique soit-même, ou vendre des trucs qu’on importe (beaucoup de grossistes asiatiques sont référencés sur www.dhgate.com) ou des trucs qu’on chine (brocantes, ventes aux enchères etc). C’est un gain immédiat, on achète et on revend avec une marge. Pour gagner quoi ? ça dépend de ce qu’on vend :) Après il existe des plateformes spécialisées : Fotolia pour vendre ses photos, Etsy pour les produits qu’on fabrique soi-même etc.

3. Louer ses trucs
Zilok, Le bon coin permettent de louer ses services ou ses biens (appareil photo, appareil à raclette, karcher, heures de repassage, votre soeur ce que vous voulez tant qu’en face y’a quelqu’un pour vous le louer au prix demandé)

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il ne faut pas voir trop grand, trouver quelque chose de simple, qui peut se vendre facilement, dans un secteur que vous connaissez, que vous pouvez stocker facilement, que vous pouvez réaliser facilement (pour les services) et pour lesquels vous êtes suffisamment référent ou implanté pour qu’on vous fasse confiance et qu’on vous l’achète ou loue.

A savoir aussi : le “drop shipping”, ce truc est presque magique, il vous faut un fournisseur (chinois souvent) avec qui vous négociez un prix et qui ne vous facture que lorsqu’il y a une vente, donc pas de stock, pas d’avance sur vos fonds, mais forcément moins de marge et il faut penser à la question de l’expédition (à gérer avec votre fournisseur).

Oui, on peut gagner de l’argent sur internet, mais soit on fait du commerce soit on attend un peu après l’argent, mais pour gagner 500€ ou 1000€ de plus par mois, c’est gérable avec un investissement de temps d’environ 2h par jour et un bon produit ou un bon service. Toutes les idées ne sont pas bonnes, et pour gagner 500€ par mois sur Fotolia, il va falloir avoir des très bonnes photos et surtout originales (la photo de votre chien ne vous rapportera jamais ce prix là, même si c’est le plus beau chien du monde… c’est pareil pour votre chat.).
Donc savoir se démarquer, exister et donc dans un premier temps avoir un réseau et un bon produit sont les atouts indispensables.
Finalement, si je devais donner un bon conseil à quelqu’un pour gagner 500€ de plus chaque mois avec internet, je lui dirais de mixer les sources (loue ton appareil à raclette, fait trois photos, vend les colliers de pâte de ton gosse et fait du repassge) ou alors de tenter sa chance sur les jeux en ligne qui finalement pourraient rester la meilleure source de revenu à condition de ne pas y laisser sa chemise. Sinon au marché noir, je crois qu’un rein ça se vend bien.

Le truc à ne pas faire : acheter les méthodes qui vous proposent de gagner 1000€ par seconde grâce à une méthode miracle proposée à 30€ et à grand renfort de témoignages clients bidons (ou de martingales pour tromper les sites de jeux d’argent), ça c’est sûr, c’est 30€ de foutu en l’air.

7 millions pour la ferme célébrité en Afrique et sur internet ?

Ils étaient près de 7 millions à regarder l’autre soir la Ferme Célébrité. J’avoue j’ai regardé quelques “épisodes” de la première saison, c’était trop beau de voir Pascal Olmetta avoir envie d’en mettre une à Massimo, pendant qu’il se tatait à en coller une autre à Vincent Macdoom… Alors pourquoi 7 millions, ce chiffre est-il représentatif du public que va avoir l’émission ?

Ma première idée était de dire, mais c’est qui ces gens ? Ils sont allés cherché loin, mais finalement dans la première saison, il y avait aussi des “célébrités” qui m’étaient inconnues. Mais finalement Secret Story met en scène de parfaits inconnus et ça score…

Donc 7 millions de beaufs spectateurs devant la téloche ? Non. 7 millions de curieux qui voulaient savoir si “c’est vrai ?” C’est vrai qu’il y aura Michael Vendetta ? C’est vrai qu’il y aura Grégory Bassot (aka Greg le Millionnaire) ? etc. Donc à mon avis, ce score (excellent) sera à confirmé cette semaine, les premières quotidiennes donneront de toute façon la tendance.

L’autre question que je me pose en ce lundi matin c’est “et le web ?” Peut-on arriver à faire buzzer une émission comme celle là, en utilisant le web ? (la réponse est bien sûr oui) Quand on voit les dispositifs outre-manche et outre-atlantique pour mettre en avant ces émissions (Suzan Boyle notamment) on sait le carton qu’on peut faire avec un peu de Youtube et une bonne séquence. A voir si TF1 va savoir créer le buzz pour booster l’audience d’un programme qui va devoir tenir la distance, mais à mon sens, ce genre de programme sans une bonne stratégie web c’est un peu comme… (ça me rappelle une chanson de Barbelivien…) un martini sans olive, un cheeseburger sans fromage, bref, on reste sur sa faim :) Ce qu’avait très bien compris W9 pour X Factor en achetant des visionnages sur le web pour le teaser de l’émission.

social media and web strategy