Tag Archives: facebook

fliike-compteur-fans-facebook-1

J’ai plus d’amis que de fans, bien démarrer sur Facebook

Je conseille différentes marques, connues, peu connues, très très connues. Il m’arrive souvent d’avoir en “amis” facebook mes clients. Et j’ai parfois fait un constat intéressant, mon client, comprenez mon interlocuteur, avait plus d’amis qu’il ne comptait de fans sur la page dédiée à sa marque. Alors oui, je sais c’est le taux d’engagement qui compte, c’est à dire les gens qui interagissent avec votre page,la qualité prime sur la quantité, mais là on parle bien de quantité !

Vous allez me dire, que c’est normal, que tous les amis de mon interlocuteur ne sont pas forcément intéressé par sa vie professionnelle. C’est vrai. Je vous dirai même, que si 10% de ses amis sont fans de son activité professionnelle c’est déjà énorme.
On a des amis qui s’intéresse à notre vie, la vraie, celle avec une famille, des vacances, des enfants, des loisirs. On a des fans qui s’intéressent au produit ou au service qu’on propose. Deux communautés différents qui souhaitent obtenir des informations différentes.

Mais si vous êtes capable d’avoir 200 amis ou 1000 amis intéressés (ou soit disant intéressés) par votre vie, vous devriez pouvoir fédérer au moins autant de fans sur l’ensemble de la population française ( ou mondiale !).

Si ce n’est pas le cas, il y a deux possibilités, soit votre produit/service n’intéresse personne et dans ce cas, il faut le remettre en question, soit votre communication et votre acquisition de fans n’est pas bonne. Et dans ce second cas, il faut agir ! Vous n’avez pas forcément besoin d’une agence, de millions d’euros, ni même d’un consultant, le web fourmille de bons conseils pour avoir les bonnes bases et vous débrouiller par vous même. Et si vous ne savez pas par où commencer, une agence ou un consultant vous aideront à démarrer, ou même vous accompagner dans la durée.

Voici donc pour commencer quelques articles qui reprennent les bases :

http://www.b2w.fr/1103-20-conseils-pour-votre-page-facebook-dentreprise.html
http://dianebourque.com/2010/07/12/10-conseils-pour-creer-une-page-facebook-pour-votre-entreprise/
http://blog.pikock.com/conseils-pour-animer-votre-page-facebook.html
Pour aller plus loin : http://www.emarketinglicious.fr/social-media/9-conseils-optimiser-page-facebook-graph-search

Règles et usages des médias sociaux

En quelques années les médias sociaux dont devenus des médias à part entière, source et émetteur d’informations, ils ont crée de nouveaux usages et de nouveaux comportements, alors au bout de quelques années, quelques points essentiels :

1. Cats, Babies and puppies are your ennemy.
Pas facile de faire le buzz quand on est une marque, il y a tant de concurrence, les concurrents directs, les autres marques qui veulent leur temps de cerveau disponible, les vidéos amateurs, les “cuties” (ceux qui sont mignons) qui envahissent le paysage internet à coup de poils, gamelle et couches culottes. Alors pas facile de tirer son épingle du jeu, il faut donc oser et innover pour exister.

2. Best Practices does not make best cases
On a compris des trucs, des kilos de trucs, et surtout un : sur les médias sociaux, on ne copie pas. C’est le premier qui dégaine et qui y met les moyens qui gagne. Si c’est pour délivrer une mauvaise copie d’un jeu ou d’une vidéo qui a bien marché, c’est pas la peine de se lancer.

3. Money Money MoneyDifficile de trouver son ROI et pourtant… Twitter, Facebook Instagram sont générateurs de notoriété, fidélisation donc d’une façon ou d’une autre on doit pouvoir y retrouver ses petits, malgré tout ce qu’on a dit sur le ROI :)
BIS. Communique ça coute de l’argent, une opération ça se réfléchit, ça s’orchestre, ça se renforce de pub, ça nécessite parfois une appli etc. Donc c’est pas gratuit

4. Don’t think free, exepect free
Faire des opérations, ça coûte de l’argent, la home de Youtube n’est pas gratuite, acheter des fans, communiquer sur 100% de sa base fan, ça coûte de l’argent. Mais si votre coeur de cible est bien touché, alors vous pouvez dépasser vos éspérances, grâce à une viralité qui vous permettra de toucher 1000 personnes pour une achetée. Si votre opération tient déjà sa promesse de recrutement liée à un budget pub, c’est déjà bien, le gratuit, c’est le bonus, le viral, le jackpot. (et comme tout gros lot, il arrive une fois sur mille)

5. Feel the buzz
Les marques surfent sur les buzzs, de plus en plus vite, avec de plus en plus de compréhension de ses codes, finis les lipdub foirés qui arrivent un an après la vague, les marques parodient les buzzs (comme le “allo de Nabila”), font leur harlem shake dans la semaine où le buzz démarrre, bref, les marques savent maintenant sentir les vagues et surfer dessus, mais parfois elles se vautrent.

6. Sometimes you hit the bar, sometimes the bar hits you
Parfois on fait le buzz, parfois on fait un flop, de temps en temps un badbuzz, ça fait partie des nouveaux cycles de cette communication “sociale”, il faut accepter la réussite, les échecs et les attaques et savoir y répondre.

On ne peut plus séparer internet et les points de ventes

Alors que le monde s’est dématérialisé, que des pures players ont taillé de sacré croupières aux géants historiques de la distribution, on semble revenir à un modèle mixte.
Il y a 10 ans on criait à la dématérialisation à tout prix, ne pas ouvrir une boutique mais une boutique en ligne, fermer ses points de ventes, transférer son activité.

Pourtant les plus gros, comme Pixmania, ont eu le parcours inverse, d’abord sur internet, puis l’ouverture de boutiques physiques “multi-usage” autant faites pour la vente que pour la réception de colis. D’autres marques ont mis du temps à passer sur internet, Zara, Gérard Darel, les cuisinistes, les Ikea etc.Ces géants du retail, de la boutique, du parcours client ont du se lancer sur le web, le web au sens large, celui qui vient dans l’ordinateur mais aussi celui qui arrive dans le smartphone.
Mais jusque là c’était des canaux différents, gérés par des personnes différentes la plupart du temps, un responsable des boutiques, un responsable du site.
Une boutique physique ça marche grandement grâce à son emplacement (et la marque), on se place, là où les consommateurs passent. Mais si tous les consommateurs d’une ville ne passent pas par la Z.A ou le centre commercial du coin, ils passent tous sur internet.

Donc la rue la plus fréquentée du monde, c’est internet, et à l’intérieur, c’est “le passage Facebook” qui est toujours noir de monde. Stop à la métaphore.

Il parait donc plus que logique que les enseignes disposant de point de vente physiques se servent d’internet, et du mobile pour amener du trafic en magasin.

Pourquoi faire ? Ah diable ! Diantre ! En voilà une question rusée… Oui pourquoi amener du trafic en magasin ? ça fait 10 ans qu’on invente des techniques de vente pour remplacer les vendeuses et leurs incentives, du mail, de l’achat complémentaire, des wishlists etc… Parce que les gens aiment aller dans les boutiques.

C’est social, ça donne l’illusion du pouvoir d’achat, d’être bien traité par la vendeuse, de bien connaitre le patron, de pouvoir aux diners “j’étais chez X l’autre jour”. Il n’y a qu’à voir comment les boutiques sont prises d’assaut à Noël, et à quel point c’est la guerre, pour se dire que si c’est gens n’ont pas tout commandé sur internet, tranquillement depuis leur salon, il doit y avoir une raison. Personnellement elle m’échappe.

Il y a un coté social, mais aussi un coté “évident”, certaines marques ne peuvent être consommées ailleurs qu’en boutique, je pense bien sûr à la restauration, qui a besoin de ce trafic monumental qui passe sur les ordinateurs de bureaux, les smartphones et Facebook, pour gérer son business.
Mais aussi finalement les concessionnaires de voiture, la catégorie ameublement (tout confondu), car même si on devait acheter son canapé sur internet (ou sa voiture) on voudrait savoir avant ce que ça fait de s’asseoir dedans (valable aussi pour la voiture), voir si le laquage du meuble est bien raccord avec les autres qu’on possède… Bref il existe encore des kilos de raison de passer en boutique (et d’y finaliser ou non son achat).

Alors aujourd’hui penser qu’on peut faire du business local, sans avoir de l’exposition sur la plus grande rue du monde et en plus un datamining (age, sexe, géoloc) sur ses clients, c’est voir l’avenir à très court terme, à trop court terme vu la révolution qui est en train d’arriver avec le paiement par mobile en boutique (pour ne citer que celui là).

Hoax toujours la même histoire qui se répète

C’est dingue, en quasi deux décennies d’internet, c’est tous les jours la même merde… Y’a 15 ans, la rumeur récurrente était “msn va devenir payant” et bien sûr “si tu ne passes pas ce message à 10 personnes tous les malheurs du monde s’abattront sur toi” et pendant tout ce temps on dirait que personne n’a rien appris.

Avec le lancement de Facebook Offers, (du coupening à la sauce Facebook), c’est maintenant des iphones 5, à 59€ qui circulent, me rappelant ces emails des années 90 “envoie ce mail à 5 de tes contacts et Sony Ericsson t’enverra son dernier portable”. Ah bon ? :)

L’autre jour, les gens désactivaient les notficiations de leurs amis, en pensant rendre invisible leur statut à des inconnus. Bref, quasi 20 d’internet et les gens sont toujours aussi crédules, pourtant le recette est toujours la même… on pourrait en faire un générateur de fake ! Choisissez un thème (devient payant, ferme définitivement, donne accès à votre compte à tout le monde), une marque (apple, Facebook, twitter, samsung) et une action à effectuer (fais passer, imprime, renvoie un email) et générez votre hoax :)

Faut-il quitter Facebook ahhhhhhhhh ?

Question récurrente* et remise au goût du jour par le sérial entrepreneur Jérémie Berrebi dont le départ fait grand bruit.
*d’où le “ahhhhh” cri de “merde t’as cédé à la tentation de ce titre pourri et raccoleur”.

La question est volontairement mal posée. Il n’y a pas de raison particulière à quitter facebook aujourd’hui ou demain. Jérémie explique pourquoi il quitte facebook, il y a une partie que je ne discuterais pas : chacun gère son temps comme il veut, le passer à faire des trucs plus intelligents que de trainer sur Facebook parait une excellente façon de l’occuper :)

En revanche je trouve que c’est le bon moment pour utiliser Facebook, comme une source d’info, en 2012 ça y’est tous les médias du monde y sont accessibles, ce n’était pas le cas il y a encore 2 ans, on est donc “au summum” de la possibilité d’information.

Du coup forcément elle est polluée, par les amis et leur vie privée. Moi je gère des listes. Je m’en fous des états d’âmes de personnes que je ne fréquente pas et qui se répandent en status et photos. Je ne les vois pas. Donc les listes permettent de filtrer la pollution. Y’a 7 ans j’avais Feedreader pour mes flux RSS, c’est aujourd’hui Facebook qui le remplace. Et pour Facebook vous m’y trouverez peu le soir et le week-end, c’est un super outil et cela doit rester à sa place d’outil.

Twitter plutot que Facebook, c’est vrai qu’on trouve moins de conneries en tout genre (photos et vidéos) et encore… et à moins de suivre les bonnes personnes (donc faire une sélection c’est à dire comme gérer des listes sur FB, ce que Twitter propose aussi), on lit des trucs pas intéressants “mange un pépito”… et surtout on se farcie des kilos de RT.

Alors faut-il quitter Facebook ? non, pas plus qu’il ne faut arrêter de boire :) “En toute chose modération est bonne”

Pinterest le nouveau réseau social ?

Depuis longtemps les experts prédisent la mort de Facebook et celle de l’humnaité,  mais pour l’instant Mark s’accroche bien ! En marge de Facebook et de Twitter, ce sont de nouveaux modèles qui émergent, Tumblr, Fancy, Pinterest, le principe est simple : republier.

On a toujours dit qu’il y avait peu de producteurs de contenus sur twitter et des kilos de retwitteur, un peu moins sur Facebook. Tumblr est un concept génial de méga-consommation d’images fixes ou animées, des phrases chocs, dont les auteurs originaux ont disparu, sans laisser de trace, dans la machine du “reblog”.

Pinterest, c’est pareil, un outil de curation comme on dit, il ajouter un bouton dans votre navigateur et dès que vous voyez quelque chose qui vous botte en photo ou en vidéo, vous le “pinez”. Vous le publier sur votre Pinterest. Là aussi les sources disparaissent, les images sont avalées par lot, un mur de Pinterest collection d’images éclectiques classées par les “repinneurs” et “repinnées” à gogo.

Dans la lignée des 4chans, lolcats et cie, Pinterest, compte 7,5 millions d’utilisateurs, pas mal pour un début !

Au delà de l’immense décharge érotico-égomaniaco-bordélique du truc, Pinterest permet de bookmarquer et partager simplement et va peut être créer un nouveau statut à la  mode les “curateurs” ?

Il est relativement difficile à ce stade de savoir si c’est une mode… la curation est nécessaire dans le dédale de contenus qu’offre le web aujourd’hui et on ne peut pas tout voir ou tout regarder, il faut donc choisir, les trucs à la mode, les buzzs et les trucs qui nous branchent. Alors la curation et les curateurs deviennent des médias, par l’organisation des contenus qu’ils proposent, selon une ligne édito, selon une affinité. Mais combien de temps peut-on passer à faire cela pour de vrai et pour quel retour ? les blogueurs peuvent gagner un peu d’argent, placer de la pub, ils ont un avis, une patte parfois, une expertise souvent. Mais le “repinneur-reblogeur-retwitteur” quelle est sa valeur dans la diffusion des contenus, quelle est son influence ? c’est bien là la question aujourd’hui, car on “repinne” rapidement, on regarde les pins des autres en un clin d’oeil sur une page surchargée, on zap plus qu’on ne mate.

Me suivre sur Pinterest

Facebook va-t-il devenir une poubelle comme Tumblr ?

Le spam était déjà bien présent sur Facebook, comme les faux profils, en 2011 de nombreuses personnes se sont faites piégées par des vidéos qui apparaissaient malgré elle sur leur profil (et on a bien ri de voir ce qui intéresse vraiment le gens, sexe, bouffe, sexe…).

2011 était aussi l’année de Tumblr qui cartonne de plus en plus avec des milliers de “Tumblr” (comme un blog en moins bien, mais en plus simple). Sur Tumblr comme partout ailleurs c’est le cul qui prime, le cul et la bouffe. Ce qui a fait le succès de 4chan, des Lolcats et autres débilités en série du web, existe pleinement sur Tumblr où des kilos de maniacs du clic rebloguent tout et n’importe quoi le plus vite possible. Tout et n’importe quoi mais nu de préférence. Tout, n’importe quoi et généralement sans citer la source.

Du coup Tumblr explose, comme les émissions de merde à la tv ou les tabloids. Ce succès s’explique notamment par la facilité de digestion : rien à lire, tout est visuellement identifiable immédiatement et on ne perd pas de temps à comprendre que la madame est toute nue (y’a pas que ça mais y’a énormément de ça). Du coup Facebook aurait intérêt à s’engouffrer dans la brèche et développer comme sur Tumblr des contenus faciles à voir, facile à comprendre, rapide à oublier. C’est ce que déclare Marki Mark ces derniers temps et qui va dans la directe ligne des succès à travers les âges : populaire, simple, avec des nichons.

Y’a 15 ans on recevait des powerpoint à la con, y’a 10 ans des emails à la con, depuis 5 ans, des “share” à la con, y’a pas de raison que ça n’arrive pas sur Facebook comme le montre ces grosses images qu’on voit tourner : court, très lisible, pas très intello…

Capture d’e?cran 2011-12-21 a? 15.40.59

Facebook nouvelle mouture, la nouvelle ère du social media

Avec sa nouvelle version Facebook frappe un grand coup, nouveaux profils, nouveaux boutons, nouvelles listes, Facebook a-t-il frappé trop fort ?

Deux constats s’imposent quelques jours après le F8 ou Facebook annonçait ses nouvelles fonctionnalités :

– c’est cool
– c’est compliqué

Commençons par la partie compliquée… Le nouveau Facebook va donc permettre un flux live (le ticker ou telex) qui se situe dans la colonne de droite, en plus on a les tops stories et encore un flux des plus récents. Bref 3 flux pour voir ce qu’il se passe chez vos amis. 3 flux, la fin du like avec de nouveaux boutons, des listes pour mieux gérer le partage etc. Avec toutes ces nouveautés, Facebook répond aux besoins des utilisateurs les plus assidus, pour les autres, il va falloir inventer une formation diplômante… Car celui qui arrive sur Facebook aujourd’hui va entrer dans un monde complexe… Twitter est beaucoup plus simple et que dire de Tumblr dans ce cas. Facebook va-t-il rebuter les utilisateurs en devenant aussi compliquer qu’un logiciel microsoft ?

C’est cool… c’est cool parce que pour les utilisateurs assidus Facebook a donné les outils qu’il manquait, mais au delà de cela, Facebook ouvre une nouvelle ère sociale. Avant on partageait ce qu’on faisait ou ce qu’on venait de faire. Avec ces nouvelles fonctionnalités, on va être encore plus dans le live et dans le partage. Je ne dis plus que j’écoute le dernier Daft Punk, je dis que je suis en train d’écouter le dernier Daft Punk avec Pierre et en plus on le commente. Pareil pour la télé et pour les jeux. Alors que Google part à la chasse à Facebook en lançant un réseau social bien foutu qui attire à date près de 50 millions d’utilisateurs, Facebook vient de “déposer” Google, en dépassant le réseau social pour le faire devenir une machine de partage permanent au delà du web.

Il y a fort à parier que les profils devenus Timeline voient leur modèle répliqué au Fans Page et là Facebook enfoncera le clou en permettant aux marques plus d’infos et surtout plus d’interactions avec les fans… et aussi de forcer les marques dans une vraie stratégie médias sociaux, car avec la Timeline, le passé compte aussi. Fini les posts à 2 balles pour rien, Facebook va forcer les marques à rentrer dans un  story telling,  une vraie conversation, qui pourra durer des années… On attend avec impatience de voir comment les applications vont pouvoir jouer une rôle de plus en plus important !

Quelle putain de rentrée !

Ce n’est pas tellement dans mes habitudes d’être aussi vulgaire, mais quelle putain de rentrée ! L’été était pourri à Paris, mais chaud sur internet, alors quoi de neuf en cette rentrée ?! Facebook, Google, Facebook, Google, Apple, j’ai dit “Facebook” ?

Steve Jobs est mort, a passé la main, celui qui a crée Apple, puis quitté, puis remonté, l’homme qui a changé le monde, le roi du Keynote, le prince de PowerPoint (houlalalala que  ne dis-je pas là !!!) a passé la main. Un peu avant l’iphone 5, avant l’ipad 3, avant le macbook 12, le gourou est parti, signe qu’il n’aurait pas pu tenir plus longtemps. Mr Jobs vous avez changé le monde et tous les blogueurs de l’internet mondial y vont de leur petit “merci”, j’attends ma tumeur dûe à l’utilisation du portable et des ondes wifi pour vous remercier à mon tour :)

Tumblr a levé 100 millions ! La super plateforme de blogging pour les nuls posting simplifié fait un carton depuis des années, mais 2011 a été son année (enfin avant 2012, mais comme en 2012 on est censé tous crever…). Avec son système de follow, sa simplicité d’utilisation, Tumblr score sa mère, mais comme sur twitter on dénombre peu de producteurs de contenus originaux… à surveiller donc !

Google a racheté Motorola ! Une boite internet, rachète un géant de l’électronique, c’est presque une première, en tout cas pour Google cela enfonce le clou de la stratégie : demain sera mobile et qui dit “mobile” et “google”, dit “Android”. Demain sera donc Android, c’est en tout cas la volonté de Google qui peut maintenant se passer de tractactions avec les constructeurs, puisqu’ils ont désormais leur marque et quelle marque ! Une marque historique, qui en perte de vitesse a toujours su garder une bonne réputation, la marque du mythique Startac !

Facebook change, fini “deals”, repositionnement à prévoir de “Places”, la géoloc et les coupons ne marcheraient pas si bien ? Non  mais on le savait déjà :) Facebook demande aux applis un certificat SSL… dans la série, “on change tout, tous les 3 mois pour vous faire chier mais ça fait cracher les clients”, voici la nouveauté de la rentrée. Sans compter de petites évolutions comme votre statut il y a un an jour pour jour, encore un truc que personne ne verra…

HP a crée l’émeute, en annonçant la fin de ses touchpad et les bradant à 99€ je vous avoue que j’ai appelé le darty à coté du bureau du coup…
– “Allo, oui bonjour je vous appelle pour avoir la disponibilité d’un produit
– je suis désolée mais nous n’en avons plus monsieur
– bah vous savez même pas pour quel produit j’appelle !
– si pour le Touchpad HP.
– Ok vous savez… bonne journée
– darty vous remercie de votre appel.”

Google encore avec l’algorithme Panda, qui a bien foutu la merde rendu à César ce qu’il méritait en faisant tomber le trafic de certains jusqu’à 50%. L’idée globale de Panda c’est de privilégier les contenus, leur pertinence, leur originalité. Ok, faut donc qu’on arrête d’optimiser les métas ? (ah depuis 2 ans ? ah zut…)

Facebook a simplifié la gestion des paramètres de confidentialité. Plus simple, plus accessible, plus compréhensible… mais ne vous inquiétez pas ce sera toujours compliqué à gérer !

Alors voilà c’est la rentrée, c’est le bordel, c’est super excitant, une nouvelle saison commence et ça va dépoter sur le web (comme tous les jours)

Pour les associations sur Facebook, “size does matter”

Seth Godin l’a dit, tout le monde le martèle, avoir des fans par miliers est peine perdue s’ils ne sont pas actifs. Malgré tout, Facebook a tendance à aseptiser l’engagement car pour faire bien, on devient “fan de”.

Avec une stratégie digitale très intéressante de viralisation de vidéo, Greenpeace fait le plein, les vidéos cartonnent, le message passe (peut-être?) et ce sont près de 100 000 fans que compte leur page aujourd’hui.

Je suis fan. Toi aussi lecteur peut-être l’es-tu… mais que sais-tu de Greenpeace ? Quel regard portes-tu sur leurs actions et leurs méthodes (si l’on excepte les vidéos sur internet) ? Vas-tu t’enchaîner sur des rails, partir à l’abordage d’un baleinier ? Non. Moi non. Pas aujourd’hui j’ai piscine et puis j’ai encore 30 pages d’assos de maladies orphelines à liker.

Tu es fan de la page Téléthon ? Comme plus de 80 000 personnes. Tu as donné ? Tu as fait un truc ? Non utiliser des toilettes handicapé ce n’est pas s’engager.

Difficile de laisser passer sur son flux que “Marc aime Greenpeace” sans liker à son tour, ça travaille mon image, mes amis voient que j’aime Greenpeace, je suis écolo, enfin un écolo Facebook un mec qui trie ses amis, un tri sélectif bien sûr. Les amis persos dans la poubelle jaune et les amis pros dans la poubelle verte.

Alors ça sert à quoi ? c’est là que le truc est vicieux (et cool en même temps) car aimer Greenpeace (ou autre), vous expose aux messages de cette association et même si vous n’y êtes qu’à moitié sensible ,vous allez liker, commenter, partager. Et si on partait de l’hypothèse que la page Greenpeace n’a que des faux-culs fans pas très engagés, le simple fait de publier une vidéo, expose cette vidéo à 100 000 personnes. Et cette joyeuse bande de faux-culs ces fans, si peu impliqués soient-ils vont liker, partager et commenter et pousser la vidéo auprès de leur 130 amis (moyenne nationale constatée), soit un potentiel de visionnage de 130×100000, plus la viralisation qui suivra. (NOTA : et pourtant Greenpeace a bien tapé sur Facebook avant de s’en servir…)

La conclusion de tout ça : contrairement à une marque, les associations déclenchent un sentiment d’engagement “chic et pas cher”, celui qui ne mange pas de pain, comme donner à la Croix Rouge au feu rouge, un acte anodin, sans engagement et qui vous permet de gagner un petit autocollant sur votre pare-brise, “chic et pas cher”. Partager la vidéo de Greenpeace, du Téléthon ou du Sidaction, c’est faire une B.A (si infime soit-elle), ça travaille son image auprès des amis et ça viralise, donc ça aide l’association. Alors quid du besoin d’engagement des fans pour les associations versus une marque ? Est-il réellement nécessaire ?

Opodo truque-t-il ses enchères sur Facebook ?

“Pour tes vacances  y’a des enchères sur Fayssebouc pour partir à l’Ile Maurice”, me dit ma mère l’autre jour. Je me rends alors sur le site d’Opodo, suit un lien qui me ramène à leur page Facebook, deviens fan, attends le lendemain 16 et là stupeur tremblement et stupéfaction stupéfaite.

Les enchères, c’est un peu comme le black jack, on joue tous contre la banque, et comme à toutes les tables de black jack, on trouve son lot de con dans les enchères.

Les enchères d’Opodo durent 30 minutes, le voyage à “Momo”, c’est entre 1800 et 3600€ selon la prériode, du coup j’aimerais bien savoir à combien il va partir. Je me connecte.

1€, 2€, 3€, 500€. Attendez. 500€ ? ah bah le voila mon con ! si à la fin des 30 minutes on est à 12,50€, le voyage part à ce prix là. mais mon con il met tout de suite 500€ pour se débarrasser des voyeurs. Ok. 600. 900.1600.1800. En 5 coups ? en moins de 4 minutes on est passé de 1€ à 1800€ ? y’a des dingues. La suite est encore plus dingues, là on s’envole et on arrive à 3000€ qui sera le prix de vente final de voyage.

Ok, il peut y avoir des cons. Ok il peut y avoir des gens qui n’ont rien compris. Mais là… c’est louche. Quelques éléments me mettent la puce à l’oreille quand même…

Le vainqueur des enchères de la semaine passée a enchérit à 1900€. OK, il peut avoir un budget vacances de 4k€, ne dénigrons pas les riches.
La plupart des profils participants n’avaient pas de photo, ou un profil de moins de 30 jours, max 2 pages likées dont la page Opodo. Ok, des voyages dégriffés ça fait des nouveaux inscrits sur Facebook. Nouveaux inscrits qui ne font que venir faire mumuse avec les enchères. Nouveaux inscrits qui n’ont aucune trace dans google. ok, pourquoi pas.
La gagnante de cette semaine déclare avoir fait une excellente affaire…

Opodo aurait-il peur de perdre de l’argent ? non c’est stupide, 3000€ pour une entreprise de cette taille, c’est un grain de sable sur une longue plage de sable fin.

Opodo ne voudrait pas qu’on deserte son site au profit de trop bonnes affaires sur Facebook. Hum… mieux.. con, mais mieux. Bah oui, on ne joue pas ses vacances aux enchères, et parler de phagocyter un produit est surement exagéré et vu les volumes d’Opodo pas de risque que Facebook les desserve.

Alors c’est quoi ce bordel ?! bonne question, ce qui est sûr c’est que le voyagiste n’aurait aucun intérêt à truquer ses enchères, pas vrai et au contraire à communiquer sur ce nouveau service et quel meilleur titre pour un communiqué de presse que : “Avec les enchères Opodo sur Facebook un couple part à l’Ile Maurice pour 12,5€ !”, pas vrai ?

MAJ : publication d’un message d’Opodo sur Facebook, le séjour est remis en jeu suite à des “perturbateurs”. Le truc c’est que quel perturbateur à intéret à faire monter les enchères de la sorte ? COncurrent ou interne ? on ne le saura peut-être jamais, en tout cas bonne gestion du voyagiste !

Le spam arrive sur Facebook, a sa façon…

Ah le spam… beaucoup en parlent, peu savent d’où vient le terme, mais surtout ça fait chier tout le monde… Qui dit nouveaux médias, dit nouveaux spammeurs et Facebook ne déroge pas à la règle.

La dernière mode rappelle le fameux “clic de validation”. Le “CDV”, c’est un clic acheté par des annonceurs qui veulent faire croire qu’ils ont beaucoup de trafic. Ils achètent alors des bannière sur des sites, bannières que le site oblige à cliquer, par exemple sur les lotteries en ligne, où pour valider votre grille vous devez cliquer sur une bannière “partenaire”…

Et bien sur Facebook on vous fait un peu la même ! Tu veux voir le SMS entre Machin et Truc, bah devient fan, tu veux voir la dernière illusion d’optique trop cool ? bah devient fan !

Des centaines de milliers de gens se font avoir, pour rien, et restent dans des groupes sans intérêts, des poubelles. Alors ne vous faites pas avoir ;)

Stromae , une nouvelle génération d’artiste

On parle beaucoup de la mort du disque, qu’internet tue la musique et autres conneries, il faut bien l’avouer quand les rapports gouvernementaux sont réalisés par des PDG de société qui doivent vendre des CD pour exister et que les majors tentent de verrouiller le marché plutôt que de reprendre à la loyale leur position de leader, l’avenir des “maisons de disque” et des artistes va devoir prendre un bon coup de pied au cul, après avoir pris une bonne claque (merci Napster !)

Tout ça pour vous parler la lettre de Virginie qui présente ce qu’on peut appeler “une nouvelle race d’artiste”. Internet, les mp3 ont changé la donne, et le public a changé lui aussi et a d’autres attentes vis à vis des artistes et ça Stromae (maestro en verlans) l’a bien compris.

Alors Stromae c’est ça :

et pourquoi c’est une nouvelle génération d’artiste ? Parce que Stromae est en contact avec ses fans, qu’il communique sur lui au quotidien sur son blog, son Facebook ou son compte Twitter et que pour se faire identifier il a donné des cours de musique électronique sur internet :

Stromae utilise les médias sociaux et a même sa page Wikipedia !

A écouter en interview :

Stromae est donc présent sur internet, il se gère comme une marque, échange avec ses fans, publie du contenu, fait du buzz et en plus… il fait de la musique :) Pas étonnant qu’avec ses différentes vidéos, le Belge soit aussi connu et cannibalise les charts depuis plusieurs semaines, bien joué, bien fait, mérité !

Facebook authentifie les propriétaires de pages

De la même façon que les URL ont connu ce qu’on appelle en français le domain squatting Facebook est victime d’une phénomène similaire, puisque les internautes ont crée des pages avec des noms de marques.

Pour pallier au phénomène Facebook a proposé aux annonceurs de récupérer leurs pages. Mais il y a quelques semaines, je reçois quelques mails de Facebook me demandant le lien que j’ai avec les marques dont je suis administrateur de pages. C’est mon travail, créer, et développer des stratégies de contenus sur les médias sociaux, mes clients me demandent de créer des pages et de les faire animer. Ainsi je suis administrateur d’un certain nombre de pages appartenant à des marques ou des insitutions. J’ai donc répondu à Facebook en qualifiant ma légitimité. Depuis pas de signe de vie. Le bon point c’est qu’ils ne m’ont pas viré…

Et l’autre jour en surfant sur Facebook, je me retrouve sur une page sur laquelle je trouve ce macaron :

fbauth

Jamais vu avant, j’ai fait quelques recherches et je ne l’ai pas retrouvé ailleurs. Car c’est bien là le problème, savoir qui est derrière une page surtout pour une marque ou une personnalité. Par exemple quelle est la page officielle de Gad ? A priori celle qui a le plus de fans ? Mwai… pas forcément… Pourquoi c’est important ?Parce qu’il faut que les messages officiels soient identifiés comme tels dans ce qu’on appelle “l’information” et aussi parce que si un jour Gad (que j’appelle Gad, mais que je ne connais évidemment pas) décide de vendre ses tickets ou ses DVD via Facebook, il faut bien qu’on identifie le vrai du faux… Parce que si un abruti petit malin s’amuse à créer la page d’une personnalité et lui prête des propos douteux le public ne fera pas la différence.

Capture d’écran 2010-03-17 à 09.09.30

Bon supputons que c’est la première page la bonne. Mais pour le profil ?

Capture d’écran 2010-03-17 à 09.09.46

Alors là fastoche, c’est celui là le bon, on a 5 amis en commun… bon ok… j’en sais rien.. d’où tout le problème d’authetifier les sources d’informations. J’y reviens encore mais ça me parait tellement important ne serait-ce que pour gérer correctement son e-réputation.

Comment utiliser Facebook pour son blog ?

Quelle excellente question pour un lundi ! Que peut-on faire avec Facebook et un blog, sinon améliorer l’un avec l’autre ! Alors voici quelques idées pour utiliser Facebook pour bonifier son blog.

1. Créer une page fan
Elle doublonnera votre Flux RSS (que personne n’utilise en dehors des geeks), car vous y inclurez vos articles via l’onglet “Note” dans lesquel vous renseignerez votre flux rss. Ensuite invités vos contacts Facebook, ils recevront alors une notification sur Facebook à chaque nouvel article publié. Et vous verrez apparaître rapidement de nouveaux fans, et donc du trafic sur votre blog.

2. Faire un échange de Widget
Vous voyez le widget à droite qui vous permet de devenir fan de ma page ? Et bien il vous permet de devenir fan de ce blog sur Facebook sans quitter mon blog. Au lieu d’échanger des liens avec des blogueurs comme en 1983, il serait peut-etre temps de passer à autre chose, pourquoi ne pas échanger des widgets ? Cela vous apportera de nouveaux fans et une visibilité sur d’autres blogs, échange de bon procédé.

3. Publier vos articles sur Facebook participe au SEO
Bah oui, le gros dieu Facebook a une super propension au référencement, les notes que vous publiez sont donc indexées par Google qui pour une fois n’y voit pas de “duplicate content” (strictement prohibé par google)

4. Diffusez vos vidéos et photos
Si vous réalisez des reportages, des vidéos, des photos publiez-les sur Facebook les outils de viralisation interne au site vous aideront à faire la promo de votre travail

5. Soyez Connecté à Facebook
Implémentez Facebook Connect sur votre blog pour permettre à vos lecteurs de commenter en étant logué sur Facebook (donc sans avoir à remplir les cases “nom, mail, site”, au dessus des commentaires).

6. Partagez
Implémentez des outils comme Facebook Share, Share This, qui vous permettront de viraliser vos contenus sur Facebook via vos lecteurs qui voudont les partager

Peugeot c’est de la merde c’est marqué sur leur page Facebook

Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les internautes ! Gregory revenait l’autre jour sur H&M et leur gestion de leur page facebook, c’est un cas interessant mais il y en d’autres.

H&M coupe les vêtements non vendus (les surstocks), cela a indigné des internautes qui l’ont signalés sur la page facebook de H&M. La marque a enterré les commentaires. Une action aux antipodes de la réaction du patron de Sandro qui a laissé un message à Deedee suite à un article sur la qualité de fabrication de ses chaussures.

Là, c’est Peugeot qui fait dans le grandiose, la marque lance un défi écologique, un road trip de Paris jusqu’en Italie Suisse (MAJ, merci à mon seul lecteur de la semaine de corriger mes erreurs de géotraduction) avec pour but de consommer le moins possible. La marque crée une page Facebook (1000 fans) et y lie un évènement, le road trip. Et d’un coup des internautes viennent sur la page de l’évènement pour critique la marque. Et là, silence radio. On a longtemps parlé de maitriser son territoire de marque, les agences en conseil expliquent au client l’importance de la transparence dans le discours, et là c’est le néant.

Pas de community manager ? personne pour lire la page ? En tout cas ça ne semble pas déranger la marque que le qualificatif attribué sur sa propre page à ses véhicule soit “is shit”.

Allo, y’a quelqu’un ? y’a des commentaires à modérer :)