Tag Archives: twitter

Règles et usages des médias sociaux

En quelques années les médias sociaux dont devenus des médias à part entière, source et émetteur d’informations, ils ont crée de nouveaux usages et de nouveaux comportements, alors au bout de quelques années, quelques points essentiels :

1. Cats, Babies and puppies are your ennemy.
Pas facile de faire le buzz quand on est une marque, il y a tant de concurrence, les concurrents directs, les autres marques qui veulent leur temps de cerveau disponible, les vidéos amateurs, les “cuties” (ceux qui sont mignons) qui envahissent le paysage internet à coup de poils, gamelle et couches culottes. Alors pas facile de tirer son épingle du jeu, il faut donc oser et innover pour exister.

2. Best Practices does not make best cases
On a compris des trucs, des kilos de trucs, et surtout un : sur les médias sociaux, on ne copie pas. C’est le premier qui dégaine et qui y met les moyens qui gagne. Si c’est pour délivrer une mauvaise copie d’un jeu ou d’une vidéo qui a bien marché, c’est pas la peine de se lancer.

3. Money Money MoneyDifficile de trouver son ROI et pourtant… Twitter, Facebook Instagram sont générateurs de notoriété, fidélisation donc d’une façon ou d’une autre on doit pouvoir y retrouver ses petits, malgré tout ce qu’on a dit sur le ROI :)
BIS. Communique ça coute de l’argent, une opération ça se réfléchit, ça s’orchestre, ça se renforce de pub, ça nécessite parfois une appli etc. Donc c’est pas gratuit

4. Don’t think free, exepect free
Faire des opérations, ça coûte de l’argent, la home de Youtube n’est pas gratuite, acheter des fans, communiquer sur 100% de sa base fan, ça coûte de l’argent. Mais si votre coeur de cible est bien touché, alors vous pouvez dépasser vos éspérances, grâce à une viralité qui vous permettra de toucher 1000 personnes pour une achetée. Si votre opération tient déjà sa promesse de recrutement liée à un budget pub, c’est déjà bien, le gratuit, c’est le bonus, le viral, le jackpot. (et comme tout gros lot, il arrive une fois sur mille)

5. Feel the buzz
Les marques surfent sur les buzzs, de plus en plus vite, avec de plus en plus de compréhension de ses codes, finis les lipdub foirés qui arrivent un an après la vague, les marques parodient les buzzs (comme le “allo de Nabila”), font leur harlem shake dans la semaine où le buzz démarrre, bref, les marques savent maintenant sentir les vagues et surfer dessus, mais parfois elles se vautrent.

6. Sometimes you hit the bar, sometimes the bar hits you
Parfois on fait le buzz, parfois on fait un flop, de temps en temps un badbuzz, ça fait partie des nouveaux cycles de cette communication “sociale”, il faut accepter la réussite, les échecs et les attaques et savoir y répondre.

Le minitel c’est du cul, Vine aussi.

Il y a quelques années, presque 13 maintenant un de mes professeur d’informatique, a demandé à la classe “savez-vous pourquoi le minitel ça a marché ?”. Jeunes journalistes en devenir nous avions de nombreuses réponses, mais la sienne fut sans appel : “le minitel c’est du cul”. Et bien rien n’a changé :)

True, true, comme dirait l’autre. Les sites pornographiques, les minitel et téléphones roses, ont toujours eu une longueur d’avance notamment celle d’arriver à faire sortir leur carte bleue à des gens qui surveillaient la durée de leurs appels téléphoniques, ou qui étaient réticents à payer en ligne.

Alors voilà, aujourd’hui “internet c’est du cul” avec des chiffres impressionnants, qui feraient rêver bien des marques et bien des réalisateurs en manque de vue sur Youtube.

Et c’est chaque fois la même histoire, Flickr et ses meufs à poils, Youtube et ses danseuses amatrices sexy, Tumblr et ses kilos de tumblr sexy ou carrément porno, Instagram et ses hashtags #boobs ou autres plus trash…

Et voilà Vine. La nouvelle fonctionnalité de Twitter. Twitter fait enfin du cul…
Cool, Twitter propose de mettre en ligne des vidéos sur un format court 6 secondes, les 140 caractères de la vidéo. Alors j’installe Vine. Je le relie à mon compte et voici ma première vidéo proposée… Suivi d’un mec qui lave sa voiture, un type qui fait des pompes à 360°, et retour au salace. Souvent amateur on le découvrira surement orchestré par des services professionels de webcam ou d’abonnements à des vidéos bien plus longues.

vineinside

(oui j’ai rajouté le rose, je suis malgré tout un blog grand public)

On parlait de la modération de Twitter, il va bien aussi falloir modérer Vine, car Vine, c’est très très chaud et déjà pré-empté par l’industrie du porno qui ne rate jamais une occasion de se faire voir.

Bonne soirée  sur Vine.

PME, TPE et Réseaux Sociaux

Je me souviens il y a quelques années, Loic Lemeur, dans une présentation chez TF1 faisait allusion à l’utilisation de Twitter par le “Crème Brulée Cart“. Un vendeur ambulant à San Francisco qui avait amassé tellement de followers Twitter (près de 23 000 aujourd’hui), que lorsqu’il annonçait où il se trouvait, il y avait des kilomètres de queue sur le trottoir. Preuve à l’époque que bien utilisé Twitter peut être un gros générateur de business pour une TPE.

A Paris, c’est Le Camion Qui Fume, camion ambulant de burgers maison qui cartonne avec 10 000 abonnées Twitters et 15 000 fans Facebook. D’abord les chiffres sont énormes, ensuite autre chiffre hallucinant, le peu de différence entre le nombre de Fans et de Followers, preuve que pour ce genre de business et surtout d’animation de communauté, c’est bien Twitter qu’il faut privilégier. Bon avec autant de follower, forcément y’a toujours une heure de queue minimum, mais il parait que ça vaut vraiment le coup.

Avoir des followers, c’est avoir une base client, mais les réseaux sociaux amènent un truc en plus : le bouche à oreille. Les utilisateurs Twitter, parlent du Camion Qui Fume.

Et quand ils en parlent, ils exposent le CQF à leurs followers. Prenez par exemple ces twitts.

Les premiers utilisateurs ont une petite centaine de Followers. En parlant du CQF, ils exposent la marque à ces centaines de gens. Comme si en sortant d’un resto de quartier vous appeliez 100 de vos amis pour leur dire “j’ai diné au Balto en bas de la maison, c’était très bon”. Et dans le cas du dernier twitt de cette image, Romain Levy a plus de 3500 followers… Donc il vient de dire à 3500 personnes que le QCF est une super adresse. Puissant comme bouche à oreille.

Twitter a donc un réel rôle à jouer à mon sens dans le développement de la clientèle d’une TPE ou PME, peut-être même plus que Facebook… à suivre !

La fin annoncée de Twitter ?

Oui je sais que ce blog commence à ressembler à une nécro ambulante de services à succès… mais bon, c’est une bonne question, non ?

En fait je lisais l’autre jour un article dont j’ai perdu la trace et qui m’a interpellé. Son auteur mettait en avant les similitudes entre Myspace et Twitter, et du coup prenait position en disant que Twitter pourrait suivre le même chemin que myspace.

Je trouvais ça plutôt bien vu, même s’il est très prématuré d’annoncer la fin de Twitter.

Pour résumer :

– Myspace a vite commencé à devenir un concours de d’amis, il fallait en avoir le plus possible, même s’ils ne servaient à rien, même s’ils ne lisaient pas vos bulletins. Twitter devient un concours d’agrégat de Followers pour influenceurs  en herbe qui aiment se la regarder (les gros influenceurs sont suivis partout où ils vont).
– Myspace permettait de designer sa page et de lancer des musiques quand on arrive dessus ce qui était insupportable. Twitter permet des fonds de page, qu’on peut rendre moche et plouc à volonté, histoire de cramer les yeux de ses visiteurs.
– Myspace permettait d’envoyer des bulletins que personne ne lisait. Twitter ne comprend que 9% de producteurs de contenus (je ne sais plus d’où je sors ce chiffre…) et donc 91% de gens qui ne branlent rien ou qui RT, ça remplit leur nombre de tweets…
-Myspace n’a jamais réussi à créer de vrais relations entre les communautés et à les connecter avec les artistes. Les marques françaises ne savent pas quoi faire sur Twitter pour la plupart et donc n’y sont pas.
-Myspace est une insulte à la langue française avec des écritures de gamin qui ReNdEnT LeS PoStEs iLlIsIbLeS. Twitter c’est pire, et en plus court.
-L’anonymat, on a tendance à faire beaucoup plus n’importe quoi si ça n’a pas de conséqences :)

Si on considère que le non-intérêt des gens à être sur Myspace, le bordel visuel et sonore que cela était et le “rien à dire” global des utilisateurs, on peut se dire que Twitter n’a pas beaucoup d’avenir… Mais pour moi c’était surtout l’échec à fédérer les artistes et leurs fans et à garder ce cap qui a tué myspace, Twitter n’est qu’un outil de conversation et jusque là il tient ses promesses, même si c’est pour avoir une conversation avec Justin Bieber :)

Stromae , une nouvelle génération d’artiste

On parle beaucoup de la mort du disque, qu’internet tue la musique et autres conneries, il faut bien l’avouer quand les rapports gouvernementaux sont réalisés par des PDG de société qui doivent vendre des CD pour exister et que les majors tentent de verrouiller le marché plutôt que de reprendre à la loyale leur position de leader, l’avenir des “maisons de disque” et des artistes va devoir prendre un bon coup de pied au cul, après avoir pris une bonne claque (merci Napster !)

Tout ça pour vous parler la lettre de Virginie qui présente ce qu’on peut appeler “une nouvelle race d’artiste”. Internet, les mp3 ont changé la donne, et le public a changé lui aussi et a d’autres attentes vis à vis des artistes et ça Stromae (maestro en verlans) l’a bien compris.

Alors Stromae c’est ça :

et pourquoi c’est une nouvelle génération d’artiste ? Parce que Stromae est en contact avec ses fans, qu’il communique sur lui au quotidien sur son blog, son Facebook ou son compte Twitter et que pour se faire identifier il a donné des cours de musique électronique sur internet :

Stromae utilise les médias sociaux et a même sa page Wikipedia !

A écouter en interview :

Stromae est donc présent sur internet, il se gère comme une marque, échange avec ses fans, publie du contenu, fait du buzz et en plus… il fait de la musique :) Pas étonnant qu’avec ses différentes vidéos, le Belge soit aussi connu et cannibalise les charts depuis plusieurs semaines, bien joué, bien fait, mérité !